LES AMBITIONS DE FAOUZI LAKJAA D’ICI 2030

Le propre du responsable compétent est de prévoir, afin de préparer, autant que faire se peut, l’avenir. Ainsi on a rencontré, l’autre jour, dans ses bureaux du ministère des Finances et de l’Economie, Fouzi Lekjaa président de la FRMF.

On pensait trouver un homme contrarié, meurtri par tout ce qui s’est dit, autour de la non organisation de la CAN 2019 que d’aucuns prédisaient au Maroc.

On a voulu aussi attiser les polémiques autour du supposé malentendu (et plus encore) entre le président du foot et le ministre des Sports. On en a eu pour notre grade, car on a vu un Fouzi Lekjaa sur lequel rien ne semblait avoir prise.

Non pas qu’il soit insensible aux attaques, mais parce qu’il était tourné vers l’avenir.

Il se délecte que 2019 arrive avec sa CAN et il lâche comme en confidence: «2019, c’est d’abord l’objectif de remporter le trophée et cela est le plus important. La CAF, son président, le Cameroun et toute l’Afrique ont entendu et confirmé ce que notre pays a fait et reste disposé à faire pour l’essor du foot continental, la CAN 2019 retirée au Cameroun sera organisée ailleurs, mais pas chez nous. En Afrique du Sud, ou en Egypte, on ira défendre crânement nos chances. La génération actuelle de footballeurs dont disposent les Lions de l’Atlas, sous la férule d’Hervé Renard, a les moyens de redonner une victoire en CAN, comme elle a redonné le Mondial et ses frénésies l’été dernier à Moscou».

Lekjaâ en frémit de bonheur à l’idée de gagner, l’été prochain, un trophée attendu depuis 1976. Et il continue : «Au printemps prochain, en Tanzanie, aura lieu le championnat d’Afrique des U.17. Cette équipe de nos jeunes est, elle aussi, exceptionnelle. Bourrée de talents, elle va aller en Tanzanie pour être sur le podium. Cette CAN U.17 est qualificative pour la Coupe du Monde. Si on réussit notre pari et bien on aura assis une très bonne base pour la relève de l’actuelle génération de 2019. L’équipe des U.17 sera celle du Mondial 2022 et pourquoi pas 2026. Et c’est comme ça qu’on travaille », conclut Lekjaâ.

Et 2030 direz-vous ? Pourquoi l’évoquer dans cette rubrique, d’ores et déjà.

La réponse est simple. 2030 va commencer pour le foot marocain dès ce mois de janvier où à Marrakech, la FIFA va installer un symposium consacré au foot mondial. On y parlera de sujets importants qui seront à l’ordre du jour, mais le plus est que le président Infantino sera là, et sa présence n’est pas anodine, il va superviser, contrôler, diriger mais aussi, en aparté, loin des médias et des congressistes, discuter de 2030 et de sa Coupe du Monde pour laquelle le Maroc et l’Espagne sont tous deux candidats pour l’organiser.

L’affaire est sérieuse, elle relève de la volonté de deux Etats souverains de s’inscrire dans l’Histoire. 2030 promet d’être une révolution dans les annales de la FIFA.

Ça tombe bien ; Infantino, lui-même, n’est-il pas un révolutionnaire ? Dans les règles de l’art, bien sûr, mais toujours pour le bien de tous. C’est cela le rôle du responsable accompli. Najib Salmi/ Challenge.ma

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button