RDC/ PRÉSIDENTIELLE: TSHISEKEDI PROCLAMÉ PRÉSIDENT PAR LA COUR CONSTITUTIONNELLE AU PROFIT DE L’OPPOSANT FAYULU QUI S’EN REMET À L’UA ET LES INSTITUTIONS INTERNATIONALE

Après avoir statué, ce samedi 19 janvier 2019, sur les résultats définitifs de l’élection présidentiel du 30 décembre 2018, la Cour Constitutionnelle de la République Démocratique du Congo, rejetant le recours déposé par Martin Fayulu, a confirmé la victoire de Félix Tshisekedi.

La Cour « proclame élu à la majorité simple président de la République Démocratique du Congo Félix Tshilombo Tshisekedi », a déclaré Benoît Lwamba Bindu, président de la Cour Constitutionnelle.

Félix Tshisekedi remporte donc le scrutin présidentiel devant le candidat de la coalition d’opposition, Martin Fayulu, et le candidat dauphin de Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary.

Ces résultats, proclamés à la veille de la visite d’une délégation de l’Union Africaine, a contraint l’institution à reporter ce déplacement en RDC, alors que plusieurs chefs d’Etat africains avaient demandé, jeudi 17 janvier, à la Cour Constitutionnelle de la RDC de suspendre la proclamation des résultats. Ce qui apparaît aux yeux de la Communauté internationale comme un coup de force.

De son coté, l’opposant Fayulu n’est pas prêt de lâcher prise et entend se réclamer président en lançant un appel au peuple de la RDC pour qu’il le suive dans sa conduite :« Je me considère désormais comme le seul président légitime de la République Démocratique du Congo. Dès lors, je demande au peuple congolais de ne pas reconnaître tout individu qui se prévaudrait illégitimement de cette qualité, ni obéir aux ordres qui émaneraient de lui. Je demande par ailleurs à l’ensemble de la communauté internationale de ne pas reconnaître un pouvoir qui n’a ni légitimité, ni qualité légale pour représenter le peuple congolais. D’ores et déjà, je lance un appel pressant à notre peuple pour qu’il se prenne en charge en organisant des manifestations pacifiques sur toute l’étendue du territoire national, en vue de défendre sa souveraineté » ; Tel fut donc l’annonce de l’opposant Martin Fayulu.

Aujourd’hui, qui verra-t-on comme président de la RDC ? Si l’un est reconnue par son Institution mais sous réserve de l’UA et les Institutions internationales ou l’autre qui se proclame en attendant le verdict final ? Attendons voir

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button