TINDOUF : LE RAS LE BOL D’UNE POPULATION SPOLIÉE DE SES DROITS DEVANT LES BUREAUX DE LA MINURSO

Un sit-in avait été observé le 30 Janvier dernier devant le Bureau de la MINURSO à Mijik auquel participent Hammoudi Bechari Assaleh, un ex membre des « forces spéciales » du polisario et ex coordinateur général au sein d’un certain ministère du transport, en compagnie de sa femme ainsi que ses enfants dont l’un souffre d’un handicap.

Ce mouvement  avait pour but de dénoncer les conditions de vie déplorables  dans les camps du polisario ainsi que le harcèlement exercé par les séparatistes contre la population locale.

Le sit-in fait l’objet d’une surveillance continue sur place par quatre véhicules de la soi-disant gendarmerie des séparatistes

Hammoudi Bechari Assaleh a donc lancé un appel à assistance pour maintenir son action de protestation, de même qu’il attire l’attention sur les conditions difficiles qu’il endure en compagnie de sa petite famille, surtout la faim et le froid glacial durant la nuit.

Enfin, Hammoudi Bechari Assaleh met en évidence qu’il ne reconnait pas l’autorité du polisario , et dénonce l’attitude de la MINURSO qui refuse de l’accueillir.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button