Le Maroc appelle à une véritable coopération en Afrique pour le contrôle du Transport Transfrontalier des Déchets dangereux

C’est lors de sa participation aux travaux de la 2ème Conférence des Parties à la Convention de BAMAKO en Côte D’Ivoire que Mme la Ministre d’Etat Chargé du Développement Durable, qui représente le Maroc,a réitérée le renforcement de la coopération entre pays pour une Afrique forte dotée de dispositifs pour un meilleure contrôle de Transport Transfrontalier des Déchets.Conformément à la Convention de Bamako, les pays devraient interdire l’importation de déchets dangereux et radioactifs, ainsi que toutes les formes d’élimination dans les océans.La participation du Maroc à cette Conférence en tant qu’ Observateur, est un indicateur fort important de la volonté du Maroc a devenir Partie à la Convention.Madame EL OUAFI a par ailleurs rappelé le contexte national favorable en matière de gestion des déchets soulignant l’expérience de notre pays en matière de gestion et valorisation des déchets, le développement des filières (Plastique, Batteries usagers, huiles usagers, Carton et Papier), le développement de la réglementation et du contrôle … Unique en son genre en Afrique et dans le monde arabe, Madame la Ministre a mis en exergue l’existence au Maroc d’une Plate-Forme Nationale (PFN) de traitement et de réhabilitation des appareils électriques et qui consiste en « Gestion et Elimination Sécurisée des équipements contenant ou contaminés aux Poly-Chloro-Biphényles ou PCB » . Ladite plateforme est le siège de démantèlement, au conditionnement et l’exportation des équipements contenant ou contaminés au PCB .Les PCB sont des produits chimiques dangereux, classés par la Convention de Stockholm comme polluants organiques persistants, autrefois utilisés comme fluide diélectrique notamment dans les anciens appareils électriques (Transformateurs, Condensateurs, Régulateurs et autres).Madame la Ministre a clarifié aussi les opportunités de développement de tels infrastructures en matière de création d’emplois et de transition vers une économie verte et inclusive.La Convention de Bamako est une réponse à l’Article 11 de la Convention de Bâle (Transport ransfrontaliers des Déchets) qui encourage les parties (pays) à conclure des accords bilatéraux, multilatéraux et régionaux sur les déchets dangereux pour aider à atteindre les objectifs de la Convention. Elle a été négociée par 12 pays de l’Union Africaine en janvier 1991 et est entrée en vigueur en 1998.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button