3ème Edition du Mpay Forum : Le Rêve d’une Société Sans Cash sera-t-il réalisable ?

0
2,058

Creuset de réflexion sur les nouvelles technologies de paiement par téléphone, et leur impact social et sociétal sur la population, le Mpay forum s’ins- crit dans le Digital African Tour, une caravane digitale d’expertise itinérante sud-sud et nord-sud se déroulant chaque année dans nombre de pays dont : la Tunisie, le Bénin, le Togo, le Sénégal, l’Algérie, la Côte d’Ivoire….

Etaient présents à cette 3ème édition du Mpay Forum : Mme Saloua Karkri Belkeziz, présidente de l’APEBI et Présidente de GFI Afrique ; le Directeur de la publication de CIO Mag et Président du Digital African Tour, Mr Mohamadou Diallo ; le Vice-Président, CEO Middle East, Turkey & Africa du groupe ATOS, Mr Francis Meston ; le Fondateur de HPS, Mr Mohammed Horani ; CEO de SOFRECOM Maroc, Mr Vincent Poujol; le Conseiller Postes, Télécommunications et Numérique du Premier Ministre du Congo, Luc Missidimbazi ; le Président du Directoire HEETCH Maroc, Mr Hicham Amadi ; le Directeur Central de Crédit Agricole, Rachid Loubaris ; le PDG de Mobiblanc, VPG APEBI, Mr Youssef El Alaoui ; les représentants des institutions et entreprises partenaires de l’événement à savoir : l’ADD, Inwi, Wafacash, Atos, Sofrecom, Total, AUSIM et Bank Al Maghreb ; ainsi que plusieurs autres chefs d’entreprises, telles que, IT6, Data Protect, Veolia, Wana Money, Data Plus, Ajidaba, Jumia-Pay…

venus à cette 3ème édition du forum. Le discours de bienvenue a été donné par la présidente de l’APEBI, Mme Saloua Karkri Belkeziz devant un parterre de quelques 200 personnes venues participer à ce forum. Lors de son allocution, la présidente a réalisé un rapide tour d’horizon sur les avancées des technologies et les objectifs du Mpay Forum.

‘‘Avec l’ensemble des éminents intervenants, nous tenterons de nous projeter dans un monde qui sera forcément et totalement digitalisé, et nous examinerons les opportunités des pays…. Le service des banques mobiles ne cessent de progresser.

Une évolution qui est encore timide au Maghreb, mais plus soutenue ailleurs, notamment au sein des pays de la CEDEAO avec des chiffres édifiants. On parle de 185 millions de comptes mobile money en 2017 avec une évolution à 2 chiffres d’année en année, et en 2018 selon le GSCMA 48% des utilisateurs de mobile money dans le monde sont Africains.

Potentiel sur lequel a misé sur les 5 ans à venir la banque mondiale, qui entend devenir partie prenante de l’évolution du Royaume du Maroc en l’accompagnant dans son développement d’un secteur financier inclusif, et d’une économie numérique compétitive avec une enveloppe globale d’investissement de 6.6 milliards de dirhams.

Selon le CMI (Centre Monétique Interbancaire) au Maroc, l’évolution des paiements via internet sur les 3 dernières années, a réalisé un bond de 235%, et c’est multiplié par1.5 en termes de montant’’ souligne la présidente au cours de son discours. A son tour, M. Mohamadou Diallo, Directeur de la publication de CIO Mag, et co-organisateur du Forum M’Pay, a rappelé lors de l’ouverture, du forum, que «Les innovations des start-up ont franchi cette année la barre des 2 milliards de dollars de chiffre, en termes de levée de fonds.

Les fintechs ont levé la moitié de ce montant, soit environ 500 mille euros. Après avoir abordé lors des éditions précédentes, les questions liées à l’interopérabilité, et les questions fondamentales comme la confiance ; nous aurons à approfondir aujourd’hui, les tendances clés pour transformer le mode de paiement et sur l’avenir de la carte qui est également une composante très importante grâce aux procédés mobiles».

Paiement mobile et les opportunités à saisir Les thématiques comme : «Paiement mobile : vers un Maroc dans une Afrique sans cash? Quelles sont les tendances clés pour transformer le monde du paiement? La digitalisation des paiements (mobile) compromet-elle l’avenir de la carte? Comment bâtir un écosystème wallet performant et fiable et avec quels acteurs de la chaine? Paiement mobile : Comment gagner la confiance de l’utilisateur ? M-wallet vs cash, comment susciter la généralisation des usages des paiements électroniques?» Sont en grandes majorité, l’ensemble des questions auxquelles, les intervenants ont tenté d’apporter des réponses aux cours des 3 keynotes et des 4 panels déroulés tout au long de la journée. La transformation digitale, représente une immense opportunité pour la population Africaine.

Grâce à la transformation digitale, 1 milliard de personnes dans le monde ont eu accès à un service financier. Alors qu’une approche traditionnelle, d’infrastructure et bancaire ne donnera pas le même résul- tat. Conçu pour être plus sécurisé et plus rapide, le paiement mobile s’impose petit à petit dans le secteur financier et ban- caire.

Le développement des paiements mobiles de proximité, générera plusieurs milliards de dollars dans les prochaines années. Ce type de paiement consiste simplement à utiliser son smartphone comme un porte-monnaie électronique.

Avec un taux de bancarisation de l’ordre de 56% contre une moyenne mondiale de près de 62%, le Maroc fait partie des pays ayant un fort taux de bancarisation mondiale et se trouve parmi les premiers en Afrique.

Cependant le système de paiement mobile peine à se développer au niveau national. Pour Mohamed Horani, Fondateur de HPS : «la globalisation et la digitalisation transforment la société et questionnent la souveraineté de l’Etat. Le marché du paiement est en pleine mutation vers la réalisation du rêve d’une société sans cash. Et certains chiffres le montrent.

Entre 2017 et 2022, l’utilisation de la carte bancaire augmentera de 25% dans le monde ; entre 2017 et 2018, les comptes de mobile money ont augmenté de 20% et de 2016 à 2021, les paiements non cash augmenteront de 12.7%», des chiffres qui en disent long sur le potentiel du paiement mobile au Maroc concomitant à la transformation digitale tous azimuts.

L’ensemble des citoyens marocains rencontrent un obstacle, ou du moins sont réticents, à l’utilisation de ce nouveau mode de paiement. Cette réticence est due au manque de confiance sur la sécurité transactionnelle et la fiabilité des Mpaiements. «Il faut donc chercher à rassurer les utilisateurs, sur le fait que les transactions sont sécurisées et fiables, mais aussi qu’elles sont faciles d’utilisation…

Cependant, il y a aussi le côté technologique et le parcours du client sur les plateformes. On doit pouvoir assurer une utilisation simple de la technologie chez l’ensemble des citoyens marocains, peu importe leur localisation.

Qu’ils soient en campagne ou en ville. Mais surtout s’assurer que l’ensemble des commerçants soient équipés de téléphone mobile.» Souligne Zakaria El Moujahid de l’Agence du Développement du Digital (ADD). Pour Rambert Namy, Directeur Business consulting de Sofre- com, «Le marché marocain est un marché composé de 2 grands blocs. D’un côté, le bloc des commerçants et de l’autre, celui des acheteurs. Et la particularité de ce genre de marché, est que, pour le lancement d’un produit, il faut lancer d’un même coup, les commerçants et les acheteurs. Sans oublier qu’il faut un accompagnement pour les commerçants.

De grandes campagnes de communication devraient voir le jour, dans le secteur public et privé, accompagnées de services à valeur ajoutée sur l’ensemble des parties prenantes du mobile money, pour des inclusions financières citoyennes. L’utilisation du mobile money, en plus des opportunités qu’elle créera à l’en- semble du secteur privé, facilitera également le travail financier et diminuera la fraude fiscale dans les différents secteurs. Il faut donc réussir à bâtir un réseau digital efficace, de bout en bout, sur l’ensemble du royaume, et cette 3ème édition a été l’occasion de mettre en exergue les avantages que procure le Mobile Money dans les services financiers, de plusieurs entreprises telles que les banques, les e-commerces, les TPE,… facilitant et répondant aux besoins des citoyens marocains.

Des exemples comme celui du Kenya ou encore de la Côte d’Ivoire ont été cités, où 70% de la population est équipée de mobile money.

 

Charger plus dans Technologies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À Découvrir Aussi

LE SURPRENANT RWANDA DE PAUL KAGAME DEVIENT LE PREMIER PAYS EN AFRIQUE QUI FABRIQUE SES PROPRES SMARTPHONES. LES DONNÉES

HIBAPRESS Le Rwanda du président Paul Kagame n’en fini point d’étonner par son ouverture p…