MEURTRE DES SCANDINAVES D’IMLIL : LES ACCUSÉS VONT-ILS ÊTRE TRAITÉS PAR UN PSYCHOLOGUE ? LES RAISONS DE LEURS AVOCATS

0
123

Lors de la dernière séance consacré aux accusés du meurtre des scandinaves à Imlil, les avocats des accusés demandent à ce que les accusés soient traités par un psychologue car relèvent-ils :”Un tel crime revêt un caractère exceptionnel et ne peut être le fait de personnes normales. Les auteurs de ce double meurtre doivent être des personnes anormales sur les plans psychologique et social d’autant plus qu’ils sont issus d’un milieu en proie à l’ignorance et à la précarité, étant de faible niveau scolaire, ont subi un lavage de cerveau”.

La défense de l’État a pour sa part a sollicité de la Cour de ne pas engager le rôle de l’État dans cette affaire et de se déclarer incompétente à cet égard, soulignant que les Institutions de l’État assument pleinement leur mission et qu’il n’y a eu aucune défaillance ou négligence, “comme l’atteste la garantie des conditions du procès équitable”.

Cette audience a été marquée par la présentation d’une lettre de la mère de la victime danoise, par l’intermédiaire de l’avocat de sa famille, dans laquelle l’accent est mis sur les efforts déployés par les Services de Sécurité Marocains pour protéger les touristes étrangers, soulignant que ces services n’ont commis aucune faute ayant entraîné l’assassinat de sa fille tout en réclamant la peine de mort pour les auteurs du double meurtre.

Au cours de cette audience, la Chambre criminelle chargée des affaires du terrorisme près l’annexe de la Cour d’appel a fixé la date du 18 juillet pour reprendre l’examen du procès. Elle a également décidé de consacrer la prochaine audience au dernier mot des accusés et à la clôture des débats.

 

Charger plus dans International

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À Découvrir Aussi

Le Maroc s’intéresse aux sous-marins portugais

Hibapress À l’issue d’un entretien avec son homologue marocain Abdellatif Loudiyi, le mini…