GAMBIE : QUAND L’EX PRÉSIDENT YAHYA JAMMEH ORDONNAIT D’ASSASSINER LE CORRESPONDANT DE L’AFP. RÉCIT DU LIEUTENANT TUEUR

AGENCES

Un militaire gambien a accusé lundi, au cours d’une audition publique devant la Commission Vérité et Réconciliation (TRRC), l’ancien président Yahya Jammeh d’avoir ordonné l’assassinat il y a 15 ans de Deyda Hydara, qui était le correspondant de l’AFP, et reconnu avoir directement participé à son assassinat.

Ce journaliste critique envers le régime de Yahya Jammeh a été tué par balle le 16 décembre 2004 à Banjul au moment où il raccompagnait en voiture deux collaboratrices de son journal, qui ont été blessées.

Agé de 58 ans, père de quatre enfants, cofondateur du journal privé The Point, il était aussi le correspondant de l’Agence France-Presse (AFP) depuis 30 ans et de Reporters Sans Frontières (RSF) en Gambie, où il était considéré comme le doyen de la profession.

« Nous avons tiré, moi, Alieu Jeng et Sanna Manjang », a affirmé devant la TRRC le lieutenant Malick Jatta, en détention depuis le 8 février 2017. Alieu Jeng, un autre militaire, est également en détention.

Le lendemain de l’opération contre le journaliste, le commandant du groupe, le capitaine Tumbul Tamba, leur a remis une « enveloppe contenant des dollars », a témoigné Malick Jatta. « Il nous a dit qu’il s’agissait d’un « geste d’appréciation de la part du grand homme ».

Interrogé par la Commission sur le nom de ce « grand homme », le militaire a affirmé qu’il s’agissait du « président ».

Le capitaine Tumbul Tamba « a parlé au président pendant l’opération », il lui disait « Oui Monsieur, votre excellence », a affirmé le lieutenant.

Selon son récit, leur chef leur a expliqué qu’ils étaient à la poursuite du « stylo magique » et, une fois à hauteur de son véhicule, il leur a ordonné de tirer sur le chauffeur.

Instituée par une loi en décembre 2017 et composée de 11 membres, la TRRC, qui enquête sur les crimes présumés commis pendant les 22 ans du régime de M. Jammeh, en exil en Guinée Equatoriale, a entamé ses auditions en janvier 2019.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button