LES MUTILATIONS GÉNITALES FÉMININES: LE CANADA RÉAGIT SUR SON GUIDE

La question du jour demeure aujourd’hui : l’éradication des mutilations génétales féminines.Tous les pays du monde sont actuellement plus préoccupés que jamais par ce phénomène qui secoue bien des millions de familles, surtout en Afrique.Aussi le gouvernement fédéral du Canada, plus intéessé que tous les autres pays du monde,annoncera un financement de 3 millions $ pour un projet visant à éradiquer les mutilations génitales féminines en Afrique de l’Ouest.Pour se faire,la ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, annoncera l’initiative de quatre ans, aujourd’hui mardi, le premier projet du gouvernement libéral fédéral à cibler la pratique controversée.Cependant,l’enjeu a alimenté la discorde politique au Canada après que La Presse canadienne eut révélé, l’an dernier, que les références condamnant la pratique avaient été retirées d’une ébauche du nouveau Guide de Citoyenneté du ministère de l’Immigration pour les nouveaux arrivants.Les Conservateurs avaient inclus la référence dans leur version du Guide lorsqu’ils étaient au pouvoir, et avaient critiqué le gouvernement Libéral pour avoir retiré cette portion du document.Les libéraux ont affirmé par la suite que la référence serait rétablie.Mme Bibeau a affirmé à La Presse canadienne qu’elle devait se retrouver dans le Guide de Citoyenneté afin que les nouveaux arrivants prennent conscience que la pratique des mutilations génitales féminines est illégale au Canada.«Les MGF (mutilations génitales féminines) sont considérées comme des violences fondées sur le genre et un acte criminel au Canada, et je crois qu’il est important d’informer les nouveaux citoyens que cette pratique culturelle n’est absolument pas acceptable au Canada», a dit la ministre, lundi, en entrevue téléphonique depuis Cotonou, au Bénin.Dans ce cadre,Mme Bibeau a dirigé la création d’une nouvelle politique de développement féministe, et elle a été chargée de trouver un projet qui pourrait bénéficier du financement du Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button