Festival International Jawhara : Entretien avec Nabil Krat directeur du festival

0
492

Mohamed LOKHNATI

La 9ème édition du festival international Jawhara, qui s’est déroulé  du 2 au 4 août à El Jadida, Azemmour, Bir Jdid et Sidi Bouzid, a atteint tous les objectifs  qui lui étaient assignés, confirme Nabil Krat, directeur du festival. Ceci est justifié par une programmation aussi riche que diversifiée proposée aux festivaliers, marquée notamment par le retour de la star algérienne du Raï, Cheb Bilal, après une absence de plus de 3 ans, mais aussi par la présence de l’icône libanaise Yuri Mrakadi, et bien d’autres artistes de renom. Pour Nabil Krat, directeur du festival, cette édition, forte de sa programmation « éclectique » alliant musique, danse, théâtre et sport, se veut l’occasion propice pour mettre en avant les potentialités touristiques de la province d’El Jadida.

Le succes de cette 9ème édition se justifie non seulement par la bonne organisation de ce festival, mais surtout par une audience qui frôle le seuil des 10 millions de spectateurs sur les trois scènes (El Jadida, Azemmour et Bir Jdid), depuis le lancement de cet événement. « C’est un chiffre énorme par rapport aux moyens financiers déployés dans le cadre du budget global du festival Jawhara », a relevé M. Nabil.

La culture et le sport n’étaient pas en reste. « Nous avons la conviction que le sport et la culture sont des leviers de développement important. Nous avons misé sur ces deux leviers pour offrir au public un espace de loisirs, de détente et de spectacle en vue de promouvoir le tourisme pendant la saison estivale », a-t-il mentionne .

Le festival International Jawhara a été depuis sa création en 2011 pluridisciplinaire, poursuit le directeur du festival. Il allie musique, danse, théâtre, arts plastiques, théâtre de rue, espace pour enfants… Cette année, nous avons développé davantage ces animations parallèles par la création de nouvelles activités, comme celle qui s’est déroulée à la cité portugaise en partenariat avec l’association Fous d’art. C’est un atelier géant de peinture visant la promotion de l’art plastique et de la peinture dans la ville.

Organisé avec zéro dirhams sans la moindre subvention des organismes publics, le festival Jawhara compte surtout sur l’appui de  son initiateur l’association des Doukkala et le soutien de certains de ses sponsors privés. Nous avons des ambitions plus grandes. On aurait aimé étoffer davantage notre programmation artistique avec des stars internationales. Nous essayons de le faire avec nos moyens, notamment dans le contexte actuel. Nous sommes parvenus à la 8e édition parce que nous sommes raisonnables dans notre démarche. Nous travaillons toute l’année. Nous essayons d’aller chercher de nouveaux sponsors et des partenaires.

En dépit de l’handicap de moyens, le festival international Jawhra poursuit son bonhomme de chemin. Mieux encore, il se positionne aujourd’hui comme la deuxième manifestation du genre derrière Mawazine, estime un grand nombre d’observateurs

Né en 1972,  Nabil Krat est aussi un vieux routier du monde des scènes artistiques. Spécialiste dans l’événementiel, il fût directeur technique de plusieurs festivals. Ce lauréat de l’ISCE est également musicien professionnel et grand féru du asket-ball. Il a évolué comme joueur au DHJ (1984-1990), puis comme vice-président (1994-1997), avant de devenir son président ( 2008-2009). Nabil Krat est omniprésent dans d’autres disciplines sportives à El Jadida. Il fut en effet membre du comité du DHJ, section football, pendant trois ans (2015-2018).

Charger plus dans A LA UNE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À Découvrir Aussi

Un projet de loi relatif au financement collaboratif adopté

Hibapress Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi à Rabat sous la présidence du Chef du Go…