TUNISIE : DE BOURGUIBA À CAID ESSEBSI, QUI FUT LE MEILLEUR PRÉSIDENT ? ABIR MOUSSI (PRÉSIDENTE DU PARTI DESTOURIEN LIBRE) FAIT LE POINT

Concernant son évaluation des anciens présidents qui se sont succédé à Carthage, depuis l’indépendance, Abir Moussi a jugé que :

L’ère de Bourguiba était l’époque de la construction de l’Etat et de la mise en place des structures, ainsi que la tunisification des services.

Concernant Ben Ali, elle a jugé qu’il a poursuivi les efforts de la première étape de construction initiée par Bourguiba en renforçant les acquis, sur le plan social et celui des infrastructures.

Marzouki, pour Abir Moussi, a été synonyme de « catastrophe », avec sa destruction de l’image du pays, entre autres avec son Congrès des « amis de la Syrie ». Elle a expliqué que c’était son incompétence, qui a conduit à cette situation, puisqu’il en est arrivé à recevoir à Carthage, les terroristes.

Par rapport à l’époque de Béji Caid Essebsi, Moussi considère qu’il a déçu car, contrairement à ses promesses électorales, il n’a pas coupé avec la période précédente  mais il a opéré un consensus qui n’a rien changé et les “khouanjiya” ont géré en coulisses ,ce qui a aggravé le processus de destruction du pays durant ces années perdus.

Maintenant, explique-t-elle, il va falloir passer à l’étape de la correction des « processus », en réparant les erreurs du passé, afin de pouvoir réellement arriver à mettre sur pieds une Tunisie démocratique.

La bataille, dit-elle, est maintenant entre le système ancien patriotique et ouvert contre le noir obscurantisme du « printemps arabe » et tous ceux qui ont composé avec lui avec leurs alliances contre nature.

Elle se dit la seule à s’inscrire dans le premier registre pour donner le choix aux tunisiens.D’après Tunisie Numérique

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button