Cyberintimidation : un jeune sur cinq impacté

0
579

Hibapress

Un jeune sur trois dans 30 pays a déclaré avoir été victime d’intimidation en ligne, et un sur cinq a déclaré avoir manqué l’école à cause de la cyberintimidation et de la violence, selon un nouveau sondage publié mercredi par l’UNICEF et la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies sur la violence contre les enfants, la Marocaine Najat Maalla Mjid.

« Les salles de classe connectées signifient que l’école ne se termine plus une fois qu’un élève quitte la classe et, malheureusement, les brimades dans la cour d’école non plus », a regretté la Directrice exécutive de l’UNICEF, Henrietta Fore.

« Améliorer l’expérience éducative des jeunes signifie tenir compte de l’environnement qu’ils rencontrent en ligne et hors ligne », a-t-elle ajouté.

Près des trois quarts des jeunes ont déclaré que les réseaux sociaux, y compris Facebook, Instagram, Snapchat et Twitter, sont l’endroit le plus courant pour le harcèlement en ligne.

Près des trois quarts des jeunes ont participé au sondage de façon anonyme par le biais de l’outil « U-Report ». Ils ont répondu à une série de questions par SMS et messagerie instantanée, portant sur leurs expériences d’intimidation et de violence en ligne, sur les endroits où elles se produisent le plus souvent et sur les personnes qui ont la responsabilité, selon eux, d’y mettre fin.

Quelque 32% des personnes interrogées estiment que les gouvernements devraient être responsables de l’élimination de la cyberintimidation, 31% les jeunes et 29% les entreprises de l’Internet.

« L’un des messages clés que nous pouvons voir clairement dans leurs opinions est la nécessité d’impliquer les enfants et les jeunes et de créer des partenariats. Lorsqu’on leur a demandé qui devrait être responsable de mettre fin à la cyberintimidation, les opinions étaient également partagées entre les gouvernements, les fournisseurs de services Internet (secteur privé) et les jeunes eux-mêmes », a déclaré la Représentante spéciale sur la violence contre les enfants, Najat Maalla Mjid.

« Nous sommes dans le même bateau et nous devons partager la responsabilité en partenariat », a-t-elle souligné.

Charger plus dans A LA UNE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À Découvrir Aussi

FRANCE EN ATTENDANT LE MAROC : COMMENT AGIR POUR SAUVER LES ANIMAUX D’ÉLEVAGE CONDAMNÉS À UNE TERRIBLE VIE DE SOUFFRANCE

Tout le monde aujourd’hui semble déterminé à agir pour tous les animaux d’élevage condamné…