Sidi Bennour: Vif succès du 1er Festival Agricole !

0
215

Mohamed LOKHNATI 

La province s’est vêtue depuis jeudi 3 octobre 2019 au parfum de la 1ère édition du festival agricole de Sidi Bennour initié jusqu’au 6 octobre par l’association provinciale chargée de l’organisation des foires agricoles sous le thème: “Commercialisation et valorisation des produits agricoles de la région”. Malgré l’handicap que pouvaient représenter les lieux du festival et ses deux grands stands, la ville et ses environs ont vécu une activité peu ordinaire et subi un flux important de visiteurs et de professionnels venus des quatre coins du royaume découvrir les potentialités agricoles de la région. “- J’ai été ébahi en visitant la richesse des produits agricoles de terroir, indique Salah Idrissi, 39 ans, venu de Fès avec sa petite famille “. D’autres visiteurs trouvent leur compte ailleurs. ” – Ce sont plutôt les spectacles assurés par les troupes de Tbourida, qui m’impressionnent, affirme Farid Alaoui, 23 ans, étudiant à Rabat, venu spécialement pour se faire plaisir à Sidi Bennour “. D’autres visiteurs trouvent leur compte ailleurs. ” – Ce sont plutôt les spectacles assurés par les troupes de Tbourida, qui m’impressionnent, affirme Farid Alaoui, 23 ans, étudiant à Rabat, venu spécialement pour se faire plaisir à Sidi Bennour “.
Cette 1ère édition du festival agricole de Sidi Bennour qui fut un succès sur tous les plans de son organisation, a été aussi une occasion aussi pour les professionnels de présenter les avancées technologiques susceptibles de développer ce secteur et aux investisseurs de dénicher des projets notamment dans le domaine de la valorisation des produits agricoles. En chiffre souligne Abdelkader Kandil, président du festival, cette première édition connait la participation de 230 exposants. L’élevage glane la part du lion avec la participation de 100 éleveurs pour 240 têtes (200 bovins et 40 ovins et caprins), alors que du côté d’autres exposants, l’on dénombre 60 sociétés agricoles, aliments de bétail (10); Irrigation (10); Semences; engrais et phytosanitaires (15); Santé animale (05); Agro-industrie (05); services (10), Importation du bétail (05), espace matériel agricole et de services (10)Coopératives (50), Coopératives des produits de terroirs (30), Coopératives d’artisanat (20), Institutionnels (10).
Ainsi, au site d’exposition du centre de Touilaat dédié à l’élevage, l’on a noté également une forte présence des exposants de produits d’irrigation, eu égard à l’importance du périmetre de sidi Bennour qui dispose de plus 283.000 ha de superficie agricole utile dont 25% irriguée particulièrement par la grande hydraulique. Ce périmetre compterait à l’horizon 2023 une superficie irriguée en goutte-à-goutte de 50.000 hectares, soit plus de la moitié de la superficie totale irriguée, précise Abderrahmane Naili, directeur de l’ORMVAD. Ceci permettrait de renforcer les potentialités agricoles de la région et par conséquent son développement socio-économique ainsi que sa contribution substantielle dans la production agricole nationale, notamment en sucre, lait et maraîchage, a t-il ajouté. -”Nous participons pour la première fois au festival de Sidi Bennour, affirme un exposant Mohamed El Mehdi Oulaich, directeur général d’une entreprise spécialisée dans l’irrigation. Nous comptons une vingtaine d’employés spécialisés à travers nos sites dans le royaume et osons espérer à travers ce festival contribuer à l’essor de l’agriculture des Doukkala. La conception, la réalisation et l’installation des projets d’irrigation en utilisant les différentes énergies, notamment le pompage solaire, constituent nos principales prestations. Sidi Bennour est pour nous un créneau encore vierge et juteux et nous sommes bien avancés dans le projet de céation d’une antenne, devait-il conclure. En termes d’élevage, le  région des Doukkala comprend quelques 70.000 tête de vache laitière, ainsi que 161.000 tête de bovins pour la production de viande et 270.000 tête d’ovins et de caprins. La province de Sidi Bennour participe à elle seule à l’échelle nationale à 35% de de betterave à sucre, 12% du lait, 10% du raisin et 7% des viandes rouges. Ces potentialités offrent des possibilités importantes pour des investissements rentables. ” Je suis un éleveur fidèle à toutes les foire de bétail qui se tiennent au maroc, souligne Mahfoud Ammar qui exposent avec trois bovins issus de l’importation. La politique de l’importation de bovines donne de fort bons résultats, que ce soit en production laitière ou en terme de viande rouge, explique t-il. Nous invitons les organisateurs à cette occasion de revoir leurs motivations aux éleveurs, pour venir exposer en masse et en grand nombre la prochaine fois. Idem pour la prime accordée au meilleur éleveur de ce festival, a t-il conclu ”.
Certains d’autres stands d’exposants, notamment ceux présentant les variétes des raisins de Doukkala et figuiers d’Oulad Frej et Smen Doukkali, étaient également trés sollicités. Force est de rappeler à cet effet, que la seconde labellisation IGP a été à l’apanage des raisins de Doukkala. Il s’agit d’une variété qui bénéficie d’une forte notoriété locale, nationale, voire internationale, précise Abderrahmane Naili, ajoutant que la spécificité de ce produit réside dans sa couleur rouge violine et ses baies pulpeuses et très sucrées, notant que la culture de la vigne, dans la région de Doukkala, participe à hauteur de 27% à la production nationale en raisin de table. D’autres produits sont en cours de labellisation (figuier de Ouled Fraj, Smen Doukkali,etc…), rapporte la même source.
Moins réjouissants que leurs précédents collègues, c’est le cas de certains autres éleveurs et agriculteurs rencontrés dans la foulée de ce festival. Il s’agit de Mohamed B. (éleveur) et Said L. (Producteur de betterave) qui profitent d’ailleurs de cette opportunité, pour réitérer leur appel aux responsables, pour revoir precisent-ils, surtout les prix d’irrigation et d’aliments de bétail, causes majeures de leurs souffrances et d’une bonne partie de petits et moyens agriculteurs et éleveurs des Doukkala. Beaucoup reste à faire également en termes d’amélioration de la productivité des vaches laitières, grâce au passage de la traite manuelle à la traite mécanique pour produire plus de lait de meilleure qualité. De même pour favoriser une disponibilité du fourrage tout au long de l’année, grâce à l’ensilage, ce qui diminuera considérablement la dépendance des éleveurs aux conditions climatiques, relèvent d’autres éleveurs plus avertis.
Charger plus dans A LA UNE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À Découvrir Aussi

RENTRÉE UNIVERSITAIRE : QUAND AMZAZI RETROUVE SON SOUFFLE

HIBAPRESS Il semble que le Ministre Amzazi ait retenu la leçon du passé récent, ce qui lui…