JO D’HIVER: LA POIGNÉE DE MAIN DE L’HISTOIRE DES DEUX CORÉES

Qui l’aurait cru il y a quelques années, quelques mois, quelques jours, de voir un jour les deux Corées côte à côte pour un quelconque événement soit-il sportif ou autre. Seulement, voilà que les deux « Frères ennemis » se rencontrent de plus près et plus lié que jamais et cette poignée de main pour l’histoire, un défilé en commun et deux hockeyeuses, l’une du Nord, l’autre du Sud, unies vers la vasque olympique: les Jeux olympiques d’hiver 2018 ont officiellement débuté ce vendredi à Pyeongchang en multipliant des symboles de paix encore impensables il y a quelque temps. Tout a commencé par une image fugace mais un sourire partagé. C’est au début de la cérémonie d’ouverture, peu après 20 heures locales ,que Kim Yo Jong, première membre de la Dynastie régnant de Corée du Nord à fouler le sol du grand rival depuis la fin de la guerre de Corée en 1953, et Moon Jae-in, président de la Corée du Sud, se sont serré la main. Un geste d’une banalité absolue qui relève pourtant de l’extraordinaire au regard de la situation géopolitique.Autre symbole fort, intervenu une heure plus tard lors du défilé des athlètes : le passage en commun des sportifs des deux pays, vêtus de blanc et dont les tenues indiquaient seulement le mot «Corée» dans le dos. Groupés derrière le drapeau de l’unification coréenne – la silhouette bleu pâle de la péninsule sur fond blanc – les Coréens ont reçu une grande ovation de la part des 35 000 spectateurs réunis dans le stade olympique, sous le regard des dirigeants des deux pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button