Toutes les 40 secondes, une personne met fin à ses jours, selon l’ONU

0
266

Hibapress

Les Nations Unies ont marqué jeudi la Journée mondiale de la santé mentale sous le thème de la prévention du suicide, l’occasion pour le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres d’appeler à investir davantage dans les services de santé mentale.

« La santé mentale a été négligée pendant trop longtemps. Elle nous concerne tous et il est urgent d’agir à plus grande échelle », déclaré M. Guterres dans un message à cette occasion. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), chaque année, près de 800.000 personnes mettent fin à leurs jours. Et pour chaque suicide on compte 20 tentatives. Le suicide touche des personnes de tous âges et est la deuxième cause de décès dans le monde parmi les 15-29 ans.

Ce problème ne touche pas seulement les pays à revenu élevé. En fait, 80% de ces actes surviennent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire où le manque de ressources ne permet pas de recenser ou soutenir les personnes qui en ont besoin. Chaque suicide est une tragédie qui frappe une famille, une communauté ou un pays tout entier et qui a des effets durables sur l’entourage.

Il est donc important de renforcer les systèmes de santé mentale et de soins à tous les niveaux et dans tous les milieux. Car les personnes qui survivent à une première tentative risquent de recommencer.

Il n’y a pas de santé sans santé mentale, affirme le Secrétaire général, qui appelle à investir davantage dans les services de santé mentale.

La Journée mondiale de la santé mentale est aussi l’occasion de lutter contre la stigmatisation afin que d’avantage de personnes se sentent capables de demander de l’aide.

« Et nous ne devons pas permettre que la stigmatisation empêche les personnes concernées de rechercher l’assistance dont elles ont besoin », a souligné le chef de l’ONU.

Le suicide est évitable. Selon l’OMS, plusieurs mesures peuvent être prises au niveau de la population et au niveau individuel pour prévenir le suicide et les tentatives de suicide.

Par exemple, réduire l’accès aux moyens de se suicider tels que les pesticides, les armes à feu, ou certains médicaments ; adopter des politiques de lutte contre l’alcoolisme pour réduire l’usage nocif de l’alcool ; développer des interventions en milieu scolaire ; traiter le suicide de façon responsable dans les médias et enfin assurer un dépistage précoce.

Charger plus dans A LA UNE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À Découvrir Aussi

DÉCOUVREZ CE QUI EST VRAIMENT LA VIE DES VEAUX EN ÉLEVAGE INTENSIF. TÉMOIGNAGE HORRIBLE ET TERRIFIANT

Un lanceur d’alerte, ancien acheteur de veaux, témoigne: Des veaux frappés à coups de pied…