MARRAKECH : UN SEPTUAGÉNAIRE FRANÇAIS FAUX ESTHÉTICIEN DÉMASQUÉ PAR UNE QUADRAGÉNAIRE FRANÇAISE. SURPRENANTS  DÉTAILS

Marrakech au fil d’un nouveau feuilleton d’un autre genre de crime! Cette fois-ci ce n’est point une affaire de meurtre, de drogue ou de vol ou viol mais une histoire d’un français qui n’a pas trouvé mieux que saisir sa retraite et l’utiliser dans une intention toute particulière afin de générer de l’argent , surtout, des femmes en se faisant passer pour un réel esthéticien mais c’était sans compter sur la vigilance de certaines femmes âgées qui demandent le « parfait » et non le bricolage et c’est ainsi que notre bonhomme a trouvé à qui parler!

Dans ce cadre donc, le service préfectoral de la Police Judiciaire de Marrakech a ouvert hier samedi matin, sous la supervision du Parquet compétent, une enquête judiciaire au sujet d’actes criminels attribués à un citoyen français âgé de 73 ans soupçonné d’avoir réalisé des opérations de chirurgie esthétique dans un lieu clandestin et exercice de la médecine sans autorisation au Maroc.

La Préfecture de Police de Marrakech avait reçu une plainte d’une citoyenne française, âgée de 49 ans, qui prétendait être parvenue à un accord avec un médecin de la même nationalité pour la réalisation d’une opération de chirurgie esthétique dans une clinique privée contre la somme de 4.000 euros, alors que le médecin en question a effectué l’intervention chirurgicale dans une chambre clandestine au sous-sol de sa résidence sise au quartier Annakhil à Marrakech.

Les recherches et investigations menées ont permis l’interpellation du médecin objet de la plainte et la saisie d’un tampon encreur portant son nom avec la qualité de médecin en France, ainsi que du matériel médical, des médicaments et des produits pharmaceutiques, dans le garage de la villa qu’il loue et qui est supposée lui servir de lieu pour la réalisation d’opérations clandestines de chirurgie esthétique.

Le mis en cause a fait l’objet d’une enquête judiciaire sous la supervision du Parquet compétent pour vérifier les actes qui lui sont reprochés dont l’exercice de la médecine sans autorisation au Maroc, l’exploitation d’un cabinet clandestin pour réaliser des opérations chirurgicales. Il s’agit aussi de vérifier son éventuelle qualité de médecin et d’arrêter toute personne complice dans ces actes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button