Macron ne s’était pas excusé à l’Algérie: »Je suis d’une génération qui n’a pas connu cette période »

Le souhait tant attendu depuis des décennies par les algériens de voir la France leur présenter des soit disant excuses pour « les fautes commises  » lors de l’Indépendance, sont partis encore une de plus en fumée et Macron vient de mettre un véritable terme à ces « reproches » algériennes » qui n’ont cessé d’envenimer les relations entre les deux pays.L’Algérie qui tient toujours au même leit-motiv depuis son indépendance , est aujopurd’hui acculé au mur et ses lamentation dans ce sens n »ont plus de crédit auprès de la France comme ils ne l’ont jamais été du coté du Royaume Chérifien dont l’Algérie a longueur de temps exige des excuses infondées que le Maroc a à jamais renié, sans en chercher les détails!Aujopurd’hui c’est au tour de Macron de remettre les pendules à l’heure et haut la voix dans une interview accordée au Quotidien algérois Al Watan, qui a cherché par tous les moyens à vouloir glisser la donne à Macron, qui a réagis avec force et intelligence aux arrières pensées du journaliste, commandité par les locataires du Palais Al Mouradia:v

Al Watan:L’histoire coloniale continue d’impacter le présent et vraisemblablement le futur des relations entre Alger et Paris. Quels sont les gestes nécessaires à faire pour refermer la plaie coloniale ? Maintenez-vous l’expression «crime contre l’humanité» que vous avez employée en février dernier à Alger ?

Macron:J’ai dit à Ouagadougou que durant la colonisation, il y a eu des combats, il y a eu des fautes et des crimes, il y a eu des grands événements et des histoires heureuses. Je suis d’une génération de Français pour qui les crimes de la colonisation européenne sont incontestables et font partie de notre histoire.En tant que chef d’un Etat qui a colonisé une partie de l’Afrique mais aussi comme représentant d’une génération qui n’a pas connu cette période, je considère que la France est dépositaire de ce passé. Pour autant, j’ai une conviction profonde, notre responsabilité n’est pas de nous y enferrer, notre responsabilité n’est pas de rester dans ce passé. Elle est de connaître cette histoire et de construire un avenir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button