LE BALLET DIPLOMATIQUE DE L’ALGÉRIE A PORTÉ SES FRUITS PAR UN CESSEZ-LE FEU EN LIBYE. VICTOIRE ALGÉRIENNE ET DÉFAITE MAROCAINE SUR CE DOSSIER ?

0
672

BABA+ AGENCES

Le dossier libyen a pour longtemps attiré le Maroc qui lui a consacré autant de temps possible pour qu’à la fin il soit bien adopté par le Conseil de Sécurité et ainsi voir le GNA de Fayez Serraj pleinement reconnu comme étant le seul interlocuteur avec lequel on doit définir le sort de la Libye

Le Sommet de Skhirat a eu effet sur plusieurs fronts mais comme l’Algérie tient elle aussi à vouloir se mettre en évidence sur le dossier uniquement pour contrer le Maroc comme à son habitude toujours là ou le Royaume aspire à un réel succès palpable, elle a donc cherché une nouvelle sortie avec Tebboune qui a « invité » chez lui à alger quelques invités pour espérer sortir de l’impasse

Tebboune a-t-il réussi à s’imposer ? Toujours est-il, Alger multiplie, depuis quelques jours, les initiatives diplomatiques pour parvenir à un cessez-le-feu en Libye en crise, alors que la logique de la guerre menaçait de prendre des proportions aux conséquences plus dramatiques pour le peuple libyen.

Lundi dernier, en recevant le chef du GNA, Fayez Serraj, le président algérien Tebboune a eu à réitérer « l’attachement de l’Algérie à préserver la région de toute ingérence étrangère » au moment où la Turquie avait décidé de déployer des troupes en Libye « en soutien » au GNA.

Accélérant ses efforts diplomatiques, l’Algérie avait accueilli le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, dans le cadre d’une visite officielle axée essentiellement sur la Libye. Les entretiens avaient été axés notamment sur des « moyens à mettre en œuvre pour éviter une aggravation de la situation » en Libye.

Le ballet diplomatique centré sur le règlement de la crise libyenne s’est poursuivi jeudi à Alger avec l’arrivée des chefs de la diplomatie égyptienne et italienne, Sameh Choukri et Luigi Di Maio.

En parallèle aux efforts et au rôle de l’Algérie, le Conseil Paix et Sécurité (CPS) de l’Union Africaine (UA) a décidé il y a quelques jours de se réunir en sommet début février pour examiner la situation en Libye et au Sahel, en proie à l’instabilité depuis des années, avait annoncé le Commissaire à la Paix et la Sécurité de l’UA, Ismail Chergui.

La réunion du CPS se tiendra à la veille du Sommet de l’UA, prévu les 8 et 9 février à Addis-Abeba. Elle sera consacrée à la crise libyenne et à la circulation des armes qui a aggravé la situation au Sahel.

L’Union Européenne n’a pas cessé de son côté à appeler à un apaisement de la situation et à une solution politique en Libye.

Aujourd’hui, les parties libyennes, le président du Conseil présidentiel du Gouvernement d’Union (GNA), Fayez Serraj et le maréchal Khalifa Haftar, ont répondu à l’appel pour un cessez-le-feu, ouvrant  la voie aux tractations pour un règlement politique à la crise qui secoue la Libye depuis la chute du leader libyen Mouammar El Kaddafi en 2011.

Dans ce cas de figure, le Maroc est-il battu politiquement et stratégiquement par l’Algérie ? Le Maroc, qui reste pour le moment silencieux sur le ballet diplomatique qui se passe en Algérie, sans jamais riposter soit par son ministre Bourita ou par des sorties diplomatiques parallèles, cache-t-il un quelconque enjeu ? Les jours à venir nous révélerons ce qu’il en est exactement !

 

 

Charger plus dans Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À Découvrir Aussi

ENFIN ! LE MAROC BOUGE ET MET LAAYOUNE ET DAKHLA EN AVANT PREMIÈRE SUR L’ÉCHIQUIER MONDIAL SUR TOUS LES PLANS

BABA+ MAP Désormais, Laàyoune tout aussi bien Dakhla sont appelés très prochainement à con…