ENFIN ! BOURITA S’EXPRIME SUR LA LIBYE : «  LA LIBYE N’EST PAS UN FOND DE COMMERCE OU DE DIPLOMATIE DE CONFÉRENCES POUR SE PRENDRE EN PHOTOS NI UN ÉLÉMENT DE SHOWS DIPLOMATIQUE »

BABA+ MAP

Sans trop attendre après toutes ces sorties diplomatiques et médiatiques de l’Algérie et certains autres pays sur le Dossier de la Libye, le Maroc à travers son ministre des Affaires Etrangères M. Nasser Bourita est enfin sortie de sa léthargie lors de sa rencontre avec le ministre grec des Affaires Etrangères pour signifier un point de vue qui semble bien décortiquer ce qui serait la situation en Libye, ce qu’on devait faire et ce qu’on pourrait envisager pour mieux saisir la situation dans ce pays déchiqueté entre plusieurs tendances de plusieurs pays qui voit en ce pays une opportunité pour davantage de profit

Et pour aller en besogne dans ce même chemin, M.Bourita estime que « Le Maroc, qui a déjà fait part de sa position à l’égard de la crise libyenne, considère que l’ingérence étrangère, y compris militaire, complique la situation libyenne et impacte négativement les efforts internationaux visant à résoudre cette crise.

La solution « ne peut être que politique et venant des Libyens eux-mêmes, comme cela a été démontré à Skhirat, avec l’accompagnement de la Communauté internationale. La résolution de la crise libyenne ne saurait provenir de l’extérieur, ni servir des agendas extérieurs. La Libye n’est pas un fonds de commerce ou de diplomatie qui peut être utilisé pour organiser des conférences et se prendre en photos, ni doit être traitée comme un « levier diplomatique », ni comme un « élément de shows diplomatiques », mais requiert un traitement « sobre et responsable, loin de toutes ces manœuvres et de cette exploitation de la souffrance du peuple libyen ».

M. Bourita n’est pas allé du dos de la cuillère pour montrer le « regret » du Maroc de voir « certaines parties contraindre les Libyens à prendre des positions et des obligations juridiques qui ne servent pas les intérêts du peuple libyen », s’interrogeant à cet égard sur « la conformité de ces engagements juridiques avec les dispositions de l’Accord de Skhirat ».

Concernant la prochaine Réunion sur la Libye prévue à Berlin, Bourita a noté qu’il s’agira de la « 7e Réunion internationale depuis Skhirat », formulant le vœu que cette Réunion ne soit pas vouée au même destin que ses précédentes et qu’elle soit plutôt « suivie d’une action responsable pour parvenir à des solutions pratiques basées sur l’Accord de Skhirat ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer