Un romancier à succès quitte Facebook à cause des Fake News

Hibapress

L’auteur à succès de romans fantastiques Stephen King a annoncé récemment qu’il avait quitté Facebook après avoir exprimé ses préoccupations concernant la propagation de fausses informations sur le réseau et le non respect de la confidentialité de ses utilisateurs.

« Je quitte Facebook », a déclaré sur Twitter l’auteur au plus de 50 romans, dont plusieurs ont été adaptés aux petit et grand écrans. « Je ne suis pas à l’aise avec le flot de fausses informations autorisées dans sa publicité politique, et je ne suis pas confiant dans sa capacité à protéger la vie privée de ses utilisateurs. Suivez-moi (…) sur Twitter, si vous voulez », a-t-il écrit.

Facebook est critiqué de plus en plus pour avoir autorisé des politiciens à diffuser de fausses annonces en pleine année électorale aux Etats-Unis.

Le 09 janvier, Facebook a annoncé qu’il n’interdirait pas la publicité politique et n’instaurerait aucune sorte de mesure de sécurité pour éviter que les mensonges présentés dans ces annonces politiques ne se propagent sur Internet.

Cette décision a consterné de nombreux législateurs et figures publiques, dont le milliardaire et philanthrope George Soros, qui a signé une tribune vendredi au New York Times sous le titre « Mark Zuckerberg ne devrait pas contrôler Facebook ».

« Facebook peut publier des déclarations délibérément trompeuses ou fausses de candidats à des fonctions publiques ou autres, et n’assume aucune responsabilité à leur égard », a notamment fait observer M. Soros.

« La décision de Facebook de ne pas exiger la vérification des faits pour la publicité des candidats politiques en 2020 a ouvert la porte aux déclarations fausses, manipulées, extrêmes et incendiaires », a-t-il souligné.

Facebook permet aux annonceurs de cibler des petits groupes, y compris des groupes d’utilisateurs spécifiques, avec des publicités. Certains critiques – y compris des employés de Facebook – se sont inquiétés du fait que de telles publicités politiques très ciblées pourraient saper le discours politique en diminuant les chances que les campagnes rivales et la presse puissent voir les publicités et fournir la transparence et le contexte nécessaires pour ces messages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer