BRAHIM GHALI LORS DE « L’ANNIVERSAIRE DU polisario » : LA CONFRONTATION MILITAIRE AVEC LE MAROC EST PLUS QUE JAMAIS ENVISAGEABLE

BABA- HIBAPRESS

 

Le polisario entend profiter de « l’anniversaire de sa création» pour vouloir tirer son épingle du jeu en montant au créneau contre la Communauté internationale en insistant sur la menace de porter les armes contre le Maroc pour vouloir espérer courber l’échine à la communauté internationale qui appuie sans réserve la Thèse Marocaine de l’Autonomie qui reste la seule issue crédible, réaliste et très partagée par l’ONU elle-même

On sait que le polisario, à chaque fois qu’il se sent bloqué et remis à sa place par le Maroc, essaie de se trouver une quelconque implication pour vouloir se tirer l’attention sur lui et ainsi souhaiter faire autant de grabuge possible rien que pour dire aux autres qu’il est là et qu’il existe encore, en vain !

Aujourd’hui encore, Brahim Ghali soi-disant « président de la rasd » et également « secrétaire général » du polisario  a, dans son discours officiel lors des célébrations du « 44e anniversaire de la proclamation de la rasd « dans les camps de Tindouf, annoncé que le polisario « ne pouvait être impliqué dans aucun effort qui ne respecte pas pleinement « les droits sacrés » du « peuple sahraoui » à « l’autodétermination », comme tous les peuples et pays coloniaux », tout en appelant la communauté internationale à « assumer ses responsabilités » au risque que cela puisse conduire à une confrontation militaire avec le Maroc.

Le peu d’intérêt à «  cet anniversaire » n’a finalement drainé que 20 pays qui y ont assisté, ce qui montre que cette fantomatique entité ne dispose plus que d’une minorité majeure qui l’a soutient sans grande importance sur le plan international au vue des 193 pays qui constituent l’ossature de l’ONU et les 54 pays africains qui sont la base de l’UA. Qui dit mieux ?

Aujourd’hui si le polisario insiste sur le port d’armes contre le Maroc, il n’a qu’à se tenir tranquille car les FAR sont toujours disponibles et peuvent à chaque instant lui infliger la plus fracassante défaite qu’il ne pourra jamais oublier comme celle d’un précédent rasage des années 80 dans les camps même du polisario

Aussi, tout autre discours de Ghali n’est que bavardage

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button