TAYYIP ERDOGAN MONTE AU CRÉNEAU CONTRE L’EUROPE : ON VA OUVRIR NOS FRONTIÈRES AUX AFFLUX MIGRATOIRES POUR ENVAHIR LE VIEUX CONTINENT. LES GROS RISQUES

HIBAPRESS-RABAT/ AGENCES

 Le président Turc Tayyip Erdogan est actuellement en visite dès hier lundi à Bruxelles, la capitale européenne, pour discuter du sort des migrants sur le sol turc et qui désirent partir pour d’autres pays européens, tout en évoquant aussi  la situation à Idleb (nord-ouest de la Syrie) dont la position européenne est  jugée par la Turquie de « laxiste et passive ».

Pour ce qui est de la gestion des afflux migratoires, le président turc va peser, estiment les observateurs, de tout son poids et de sa diplomatie pour convaincre les responsables de l’Union Européenne(UE) de revoir l’Accord signé en 2016 relatif à la prise en charge des millions de migrants et réfugiés par la Turquie sur son sol en contrepartie d’une aide financière.

Le président Erdogan, s’emploiera notamment à faire admettre aux européens que la meilleure solution pour les migrants et réfugiés se trouvant sur le territoire turc, est de « laisser le choix à ces derniers de trancher quant au pays dans lequel il désirent vivre ».

Les observateurs ont relevé que l’appel lancé, avant-hier dimanche, par le président turc à la Grèce afin d’ouvrir ses portes aux migrants pour qu’il se répondent dans le reste de l’UE, est on ne peut plus claire.

La révision à la hausse de l’aide humanitaire fixée dans l’Accord de 2016, à savoir 6 milliards d’euro n’intéresse plus la Turquie.

Les dirigeants de l’Union européenne, en l’occurrence le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, le président du Conseil européen Charles Michel, ainsi que la chancelière allemande Angela Merkel, ont tous tenté de convaincre  Erdogan quant à cette option mais en vain.

Les autorités grecques ont annoncé jeudi que plus de 1700 de migrants étaient arrivés sur les îles grecques, venant s’ajouter aux 38000 déjà présents qui submergent les camps de réfugiés dans des conditions de plus en plus précaires.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button