QUAND « FRANCE 24 » MET LE FEU A LA POUDRIÈRE ENTRE L’ALGÉRIE ET LA FRANCE .LES GRAVES  ACCUSATIONS DE GHILES SONT-ELLES VRAIES À L’ENCONTRE DE L’ALGÉRIE ?

HIBAPRESS/RABAT+AGENCES

L’Algérie vient de convoquer, avant-hier mardi, l’Ambassadeur de France à Alger pour lui faire part de ses vives protestations suite à certains propos jugés haineux et mensongers lancés sur la Chaine de Télé France 24 par un chercheur au Centre des Affaires Internationales de Barcelone (CIDOB) Francis Ghilès, qui a été invité dans une émission sur France 24 pour parler de la gestion du Coronavirus en Algérie et qui semblent avoir fait monter la colère des locataires du Palais El Mouradia

Sans trop tarder et pour bien saisir la situation au vol, le porte-parole du ministère français des Affaires Etrangères a émis le premier commentaire des autorités françaises sur cette affaire, hier mercredi :

« L’ensemble des organes de presse jouissent d’une totale indépendance rédactionnelle en France, protégée par la loi »

Les responsables algériens n’ont pas gobé que Ghilès puisse accuser les autorités d’Alger de mauvaise gestion de la crise sanitaire du Covid-19 et d’avoir réservé des privilèges sanitaires aux militaires et aux membres du gouvernement au détriment de la population, allant même jusqu’à prétendre que ce n’est pas la République de Chine qui a envoyé des aides à l’Algérie mais la société de construction publique CSCEC, qui a réalisé d’importants projets dans le pays, qui a fait don de 450.000 dollars, ajoutant que cette aide a été détournée au profit de l’hôpital militaire d’Aïn Naâdja à Alger pour soigner les hauts gradés de l’armée

La présidence algérienne, très choquée par ces accusations, a vite fait de réagir en appelant l’Ambassadeur de France en Algérie afin de remédier aux choses, au moment ou les choses se compliquent plus avec Coronavirus dont souffre énormément l’Algérie et qu’il serait temps d’apaiser cette tension pour aller mieux préparer la solution pour cette Pandémie, laissant de coté les « étincelles politiques » pour plus tard

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer