EN TEMPS DE CORONAVIRUS ET CONFINEMENT : AMORCER LE CHANGEMENT POUR LES ANIMAUX

HIBAPRESS- RABAT

La pandémie de COVID-19 rappelle brusquement notre vulnérabilité, ainsi que notre responsabilité individuelle et collective dans la préservation de notre bien-être et de celui des autres êtres vivants qui peuplent aujourd’hui notre planète. Elle appelle inévitablement notre société à se transformer.

En France, alors que le président français Emmanuel Macron assurait que « le jour d’après ne sera pas un retour au jour d’avant », les français voient qu’ils  devraient se mobiliser pour que ce « jour d’après » ne soit pas celui où les animaux sont toujours victimes de grandes souffrances et détenus toute leur vie dans des bâtiments avant de partir à l’abattoir pour y être tués à la chaîne.

Ils assurent impérativement remettre l’éthique au cœur de l’action publique en amorçant une transition agricole et alimentaire qui prenne véritablement en compte les intérêts des animaux sous le slogan : » Favorisons l’émergence de nouveaux modèles de production et de consommation plus résilients et qui protègent les animaux ! »

Les solutions

Même si l’origine du COVID-19 doit encore être établie, nous savons que les élevages intensifs (sans accès au plein air pour les animaux) nous exposent à de nouvelles flambées épidémiques et jouent aussi un role important dans le développement de l’antibiorésistance.

Nous savons également que ce mode de production cause des souffrances à des milliards d’animaux et a un impact négatif aux niveaux environnemental (déforestation, appauvrissement des sols, etc.) et social (endettement des éleveurs, santé psychique et physique dégradée des ouvriers d’abattoirs, etc.).

Dans ce contexte, voici l’exigence de la mise en œuvre de mesures fortes avec :

  • L’adoption d’un moratoire sur l’élevage intensif (avec une suspension immédiate des nouvelles constructions et extensions d’élevages intensifs)
  • La construction d’un plan concret de sortie de l’élevage intensif (avec accompagnement des personnes qui en dépendent aujourd’hui vers des productions alternatives)
  • Le développement d’une végétalisation d’ampleur de l’alimentation en restauration collective publique ou privée (à travers l’augmentation progressive de la part de protéines végétales dans les repas).

Enfin, l’après doit se préparer dès aujourd’hui avec les plus jeunes. La réintroduction de l’éthique animale dans les programmes scolaires est essentielle pour que les générations futures soient conscientes que les animaux sont des êtres vivants, doués de sensibilité, capables de percevoir et de ressentir des émotions.

Comme chacun de nous tous, L214 participe à chacune de ces initiatives et invite tout le monde à les soutenir!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button