PERSONNALITÉ DU polisario : MOHAMED WALI AKEIK, LE PROPULSÉ AU RANG DE 1ER MINISTRE GRÂCE UNIQUEMENT À SON APPARTENANCE ÉTHNIQUE OU LA GUERRE DES TRIBUS QUI PAIE

BABA- HIBAPRESS/RABAT

Depuis la création du polisario, la race ethnique a joué un role prépondérant dans la hérarchie de la gouvernance et a toujours était au centre des débats pour désigner une quiconque personne dans un poste de haut rang

Dans cette lignée d’idée qui véhicule la pensée polisarienne, il était évident de voir se développer une certaine concurrence au sein des membres du polisario afin de jouir de la préférence qui se veut légitime

Parmi les plus favorisé, un certain Mohamed Wali Akeik, né à Laayoune en 1951, qui faisait partie lui aussi des premiers « militants à rejoindre le polisario »

Mohamed Akeik a eu sa plus grande chance dès la mort de Mohamed Abdelaziz puisqu’une fois nommé président de la pseudo rasd, Brahim Ghali l’a vite projeté en tant que premier ministre en remplacement de Taleb Ould Oumar car il appartient à la tribu Izzarguiyines Tekna, la plus influente au Sahara Marocain aux dépens des Reguibat, Ouled Dlim, Ouled Tidrarine, Ait Baàmrane…Il a donc eu cause à cause de sa lignée tribale, il ne faut pas oublié qu’il a occupé plusieurs postes administratifs mais n’a jamais été au devant de la scène bien qu’il fut du temps du colonialisme espagnol un leader incontesté sinon l’un des fondateur d’un mouvement secret contre l’occupant espagnol

Akeik, revit de nouveau grace à Brahim Ghali et peut donc jouir de son nouveau poste de « premier ministre » honorifique, tant qu’il n’a pas assez de capacités intellictuelles pour le diriger, lui qui a continué sa formation militaire en Algérie dans la célèbre caserne de Cherchel

Akeik ne pourra jamais retourner dans son pays natal le Maroc, il est heureux ainsi de vivre un rêve qu’il a tant souhaité : être premier ministre

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer