L’EXPÉRIMENTÉ MOHAMED MOUFID LANCE UNE RÉFLEXION, POSE ÉTUDE, CHERCHE SOLUTION, SUGGÈRE ET CRÉÉ DÉBAT : QUEL MODÈLE DE DÉVELOPPEMENT POUR LE SPORT MAROCAIN ?

HIBAPRESS- RABAT

SUGGESTIONS POUR UNE MEILLEURE GESTION DU SPORT NATIONAL :

I – AVANT PROPOS :

Le sport et l’éducation physique  sont considérés, à travers le monde , comme des instruments – clés au service des objectifs de développement socio-économique durable des pays.

Leur rôle d’unificateur entre les générations, les genres, les religions, les castes, les origines et les nationalités, est une évidence universellement reconnue ;

Il en est de même de leurs incidences positives sur la santé et le bien-être des personnes.

Ils doivent, en conséquence, être promus comme une activité accompagnant les individus tout au long de leur vie.

Ils constituent, également, des leviers puissants de promotion de l’égalité économique et de l’égalité des genres et donc de la cohésion sociale.

     Sur le plan national, il est indéniable que ce dernier rôle est parfaitement perceptible au niveau de la société marocaine qui se manifeste de façon remarquable toutes les fois qu’une discipline sportive , individuelle ou collective, réalise une performance internationale ou uniquement continentale ;

« Investir dans le sport c’est investir dans la promotion et le développement du pays, notamment les régions à faible potentiel économique mais qui regorgent de talents sportifs qui aspirent à utiliser le sport comme un « ascenseur social » ;

Malheureusement, cet élan d’enthousiasme se trouve, presque toujours et de façon répétitive, confronté à une réalité accablante, dans notre pays, illustrée par les innombrables défaillances au niveau de la gouvernance du sport national dans toutes ses composantes.

Les principes de gestion rationnelle et transparente de tous les aspects inhérents à la pratique du sport moderne, ne semblent pas avoir « un droit d’asile » dans notre pays.

Il en est de même en ce qui concerne le non recours à une logique de concurrence loyale et digne quant à la recherche et à la confection de l’image de marque de nos clubs, du spectacle offert, des transferts des joueurs et des pratiques de recherche et de développement des ressources financières de nos associations sportives.

Sur la base de ces considérations, non exhaustives, il est proposé de relancer une réflexion visant la refonte du modèle de gestion du sport national, dans tous les aspects de sa pratique et de sa gouvernance. C’est l’objet de la présente présentation, faite par l’auteur, sur la base de ses expériences, accumulées durant de longues années  d’abord, en tant que joueur international d’une discipline collective et, ensuite, en tant que gestionnaire, au sein des comités directeurs de clubs et de Fédérations de différentes disciplines.

Elle ne prétend à aucune exhaustivité et ne cherche à provoquer aucune polémique, mais elle ambitionne de contribuer, modestement, à une réflexion collective visant l’intérêt bien compris du sport national.

La réflexion qui a suscité l’élaboration de cette présentation s’est basée sur des actes fondamentaux très significatifs, à savoir :

  • La Lettre Royale adressée par Sa Majesté le Roi, que Dieu l’assiste, aux « Assises nationales sur le sport » tenues à Skhirate les 24 et 25 Octobre 2008 ;
  • La Constitution du Royaume, promulguée en 2011, qui a décrété que le sport, levier de développement socio-économique, est un droit inaliénable de tout citoyen ou qu’il se trouve.
  • La ferme volonté affichée par les pouvoirs publics de mettre en œuvre le  concept de la « régionalisation avancée » pour un développement harmonieux du pays.
  • La création de la « Commission Spéciale » pour l’élaboration d’un projet de nouveau modèle de développement »

II– ETAT DES LIEUX :

Un diagnostic très alarmant, attestant de l’état de crise du sport marocain, a été dressé par la Lettre Royale adressée aux « Assises nationales du sport », organisées à Skhirate les 24 et 25 octobre 2008.

Dans ce qui suit, on va se contenter de ne rappeler  que quelques  aspects de cet état des lieux :

  • CADRE JURIDIQUE :

Au moment de la tenue des « Assises », le texte réglementaire qui régissait le sport est un texte promulgué en 1889. La Lettre Royale recommandait de promulguer une nouvelle loi qui s’inscrit dans une stratégie nationale pour « remettre d’aplomb ce secteur vital » dans le cadre d’une véritable « politique sportive nationale »

  • ORGANES DE GESTION :

La Lettre Royale a mis en exergue les innombrables dysfonctionnements qui pénalisent la bonne gestion du sport, notamment :

  • l’absence de coordination effective entre les différents acteurs ;
  • Un modèle qui fonctionne toujours sur un « schéma de type associatif » ;
  • L’individualisme des dirigeants dans les prises de décisions ;
  • L’immobilisme de certaines instances sportives ;
  • INFRASTRUCTURES SPORTIVES :
    • Le déficit flagrant, en quantité et en qualité, malgré les nombreux projets réalisés, dans une improvisation remarquable, par différentes entités : Etat, Collectivités locales, INDH et secteur privé ;
    • Déséquilibre entre les régions : répartition inéquitable et inadéquate à travers le territoire national ;
  • FORMATION:
    • Faible productivité des rares centres de formation qui existent ;
    • Absence de stratégie nationale en matière de formation des athlètes, cadres et des dirigeants ;
    • Marginalisation du sport scolaire qui a toujours été un véritable levier du développement du sport national.

FINANCEMENT:

    • Instabilité et faiblesse des ressources financières des clubs ;
    • Défaillance du contrôle financier des instances sportives et absence de reddition des comptes ;
    • Les notions de sport-business ne sont pas prises en compte.

III –  QUELQUES CONSTATS :

Depuis la tenue des « Assises » et, à ce jour, la situation du sport national n’est pas plus reluisante en raison, entre autres, des causes suivantes :

  • Cadre juridique :
    • En moins d’un an de la tenue des « Assises », la Loi 3009 a été élaborée, adoptée par le gouvernement, approuvée par le Parlement et promulguée !!!!!!!
    • A ce jour, elle n’est toujours pas appliquée car certaines de ses dispositions se sont avérées obsolètes ou irréalistes!!!!!!

Organes de gestion :

Aucune amélioration concrète n’a été introduite en terme de :

  • Professionnalisation ;
  • Mobilité des dirigeants ;
  • Infrastructures sportives :
    • Des disparités existent toujours entre les différentes régions;
    • La quantité et qualité des infrastructures existantes ne répondent pas aux exigences des programmes des compétitions malgré la prolifération de complexes de proximité, surtout en milieux urbain et périurbain ;
    • Les territoires à dominante rurale restent dépourvus d’infrastructures sportives de base et d’encadrement sportif.
  • Formation:
    • Absence de stratégie nationale en matière de formation ;
    • Faible productivité des rares centres de formation qui existent dans certains clubs ;
    • Chômage des cadres formés en management du sport dans certains instituts nationaux ou étrangers ;
    • Prolifération « d’Académies », créées dans un but purement lucratif (de simples franchises commerciales dans la quasi-totalité des cas).

IV – Quelques pré-requis de base pour un développement durable du sport national :

L’objectif recherché se décline dans le contexte de la devise ou maxime ci-après : « Planter quelques graines pour faire germer un certain nombre d’initiatives susceptibles de contribuer à la  réalisation d’un développement durable du sport national ».

En partant de ce principe, les pré-requis suivants devraient pouvoir améliorer la situation du sport national :

  • Elaborer et promulguer une véritable politique nationale du sport régissant l’ensemble des éléments qui contribuent à une pratique saine du sport moderne, pour faire du Maroc une « nation sportive » et non plus une « nation de sportifs » ;
  • Repenser l’offre sportive pour répondre aux exigences pressantes des populations des régions à dominante rurale qui aspirent bénéficier des avantages sportifs et de loisir identiques à ceux dont profitent les populations urbaines ;
  • Adopter un schéma directeur d’implantation des infrastructures sportives, basé sur leur répartition équitable à travers l’ensemble du territoire national et selon des critères qui tiennent compte des potentialités sportives de chaque région ;
  • Œuvrer à la réhabilitation du sport scolaire, en partenariat avec le sport « civil » ;
  • Veiller à la diversification et à la pérennisation des sources de financement des clubs en examinant la possibilité d’affectation des moyens du « Fonds de développement du sport» aux clubs des régions les plus défavorisées et à la formation des jeunes athlètes ;
  • Activer les mécanismes appropriés et efficients de contrôle et de reddition des comptes;
  • Inciter à la création au niveau de chaque commune, notamment rurale, d’une Association sportive multidisciplinaire et considérer le sport comme moteur de développement socio-économique de la Commune ;
  • Créer au niveau de chaque Préfecture ou Province un «  Comité consultatif du sport » pour mettre en exergue la place du sport dans les politiques locales ;
  • Renforcer les attributions des Ligues Régionales ainsi que leurs moyens d’action ;
  • Renforcer les attributions et les moyens financiers et humains des délégations régionales du Ministère de tutelle ;
  • La régionalisation avancée devrait constituer une chance pour le développement du sport
  • Créer, au niveau national, un club ou comité de réflexion et de prospective, endroit ou des gens, qui ont acquis une expérience avérée dans le domaine du sport, pourront réfléchir, pour suggérer, aux instances compétentes, des recommandations applicables ;
  • Inciter certains dirigeants actuels à cesser de faire vivre l’opinion publique sportive dans la culture de « l’emballage » en s’évertuant  à mépriser le « contenu ».

BREF CV DE L’AUTEUR

  • Mohamed MOUFID
  • Formation professionnelle : Ingénieur de l’aviation civile.
  • Carrière sportive :
    • Joueur international de Handball.
    • Membre, successivement, des Comités Directeurs des Fédérations de Handball, Tennis et football.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer