Entretien de Hibapress avec Son Excellence M. Oktay Gurbanov Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République d’Azerbaïdjan Au Royaume du Maroc

 

INTERVIEW HIBAPRESS- RABAT

A l’occasion de la fête de l’ indépendance de la République d’Azerbaïdjan, son excellence Mr. Oktay Gourbanov l’ambassadeur de la République d’Azerbaïdjan à Rabat à tenu à nous faire un tour d’horizon sur plusieurs sujets nationaux, bilatéraux concernant le Maroc et internationaux  et les références du peuple azerbaïdjanais célébrant la fête nationale :

 1-Nous aimerions que vous nous délimitiez le cadre général dans lequel le peuple azerbaïdjanais célèbre cette année sa fête nationale à la lumière de la pandémie Covid-19 que connaît le monde?

Tout d’abord, je tiens à vous faire un petit aperçu pour vous ramener à un passé historique pas si lointain, pour vous rappeler que la République d’Azerbaïdjan est considérée comme la première République démocratique à caractère parlementaire en Orient islamique à obtenir son indépendance le 28 mai 1918. Au cours de ses 23 mois d’existence, la jeune démocratie a acquis une reconnaissance internationale à la Conférence de paix de Paris, construit un État avec tous ses symboles, institutions et forces armées, et promulgué des lois et législations qui répondent aux intérêts nationaux et aux normes démocratiques, en plus d’entrer dans l’histoire du XXe siècle en tant que premier pays à accorder le droit de vote aux femmes, et devançant par cette mesure, àl’époque, un certain nombre de pays occidentaux, y compris les États-Unis d’Amérique.

Il fut, néanmoins,  regrettable de constater que la révolution bolchévique, qui a transformé la scène de la Russie tsariste, a visé inévitablement le sort ultérieur de la République populaire d’Azerbaïdjan, qui a été envahie par l’armée rouge, a perdu son indépendance et sa démocratie et s’est finalement transformée en république communiste du pouvoir central à Moscou.

Ce n’est un secret pour personne que l’histoire de la République populaire d’Azerbaïdjan est tombée sous le code du « ultime secret » à l’époque soviétique et a fait face à des tentatives de déformation et de falsification pour des raisons idéologiques, mais la situation s’est rétablie après la désintégration de l’Union Soviétique et avec le retour au pouvoir de HaidarAliyev, qui a publié en 1998 un décret à l’occasion du 80e anniversaire de la fondation de la République Populaire d’Azerbaïdjan, où les acteurs en vertu de ce décret ont contribué de manière significative à la conduite d’études et d’analyses systématiques de son histoire.

Maintenant pour répondre à votre première question :

Nous en Azerbaïdjan, peuple et  dirigeants, sommes fiers des pages glorieuses et brillantes de notre longue histoire, et des valeurs que nous avons héritées de notre première république en particulier, mais la nouvelle épidémie de Coronavirus a apporté ses ajustements, de telle sorte que les pays du monde entier accroissent leur souci pour la sécurité de leurs citoyens par des mesures de précaution et de prévention, qui à leur tour dictent leurs conditions restrictives.

L’Azerbaïdjan ne fait pas exception. Son Excellence Ilham Aliyev, Président de la république d’Azerbaïdjan, supervise directement les actions gouvernementales visant  la sécurité et  la santé des citoyens et la réduction des conséquences sociales et économiques de la pandémie avec un soutien financier direct de 2 milliards de dollars pour les travailleurs, les groupes sociaux à faible revenu et les petites et moyennes entreprises.

En plus de ces mesures, il est nécessaire de rendre hommage à l’attention soutenue de la Fondation HaidarAliyev, présidée par Mme MehrjanAliyeva, première vice-présidente de la République d’Azerbaïdjan, portée aux familles touchées, étant donné que l’institution susmentionnée, sous la direction de Mme MehribanAliyeva, n’hésite pas à fournir une assistance humanitaire et en nature de manière durable, elle a ainsi  démontré une nouvelle fois qu’elle n’hésite pas à prendre en charge les catégories sociales spécifiques, même dans les moments les plus difficiles et les plus critiques.

Malgré la prévalence de l’atmosphère inhabituelle due au coronavirus, nous attendons en tant que peuple le discours de Son Excellence le Président  Ilham Aliyev et les félicitations de Mme  MehribanAliyeva ainsi que l’organisation de festivités que ce soit sur les écrans des chaînes officielles et ou celles privées, en plus de la diffusion d’importantes étapes de la vie de la République et l’organisation de concours virtuels pour les dessins connexes et tous ce qui concourt au renforcement des sentiments nationaux de la jeune génération.En d’autres termes, pour la première fois dans notre vie indépendante moderne, nous célébrerons notre journée nationale d’une manière différente loin des concerts sous le ciel ouvert, des marches populaires à travers le pays et des feux d’artifice dans le ciel de la capitale Bakou et d’autres villes.

 

  1. Il est inconcevable de parler de la fête nationale sans l’invocation du défunt leader national HeydarAliyev. Quelle est la symbolique de cette célébration? Quels sont les leçons et les enseignements tirés et inspirés du leader national HeydarAliyev?

 

Il ne fait aucun doute que HaidarAliyev est effectivement considéré comme, avant tout, un sauveur de la République d’Azerbaïdjan de l’effondrement et d’autre part, le fondateur de sa renaissance qui a ébloui le monde et continue à l’éblouir.Tout ce que le leader national HaidarAliyev a fait pour son peuple, son pays et son brillant avenir fait que nous lui rendons hommage et préservons sa mémoire bénie.

Il convient de rappeler ici que mon pays, ayant pu obtenir son indépendance, a failli répéter le sort de la République Populaire d’Azerbaïdjan, en raison du chaos politique énorme résultant d’aspirations politiques injustifiées de parties belligérantes ayant  à l’esprit la prise de pouvoir et, en ce moment, je dois souligner que ces antagonismes ont eu lieu sous l’égide de l’agression militaire soudaine lancée par le pays voisin, l’Arménie.

Dans ces circonstances difficiles et perspectives sombres et obscures, le peuple azerbaïdjanais s’est tourné vers la personnalité unique de l’histoire azerbaïdjanaise-soviétique et l’histoire azerbaïdjanaise moderne ultérieure, qui bénéficiait d’une fervente  et une bravoure innée, HeydarAliyev, qui était alors président du Conseil Suprême de la République Autonome de Nakhitchevan. HeydarAliyev a répondu à l’appel insistant de son cher peuple et s’est rendu dans la capitale, Bakou, le 15 juin 1993, où il a été élu président du Conseil Suprême de la République d’Azerbaïdjan puis Président de la République à la suite d’une victoire absolue lors des élections présidentielles du 3 octobre de la même année.

Le grand leader HeydarAliyev était avant tout conscient des dimensions politiques des dangers qui menaçaient l’Azerbaïdjan et a mis à profit tout son potentiel et son expérience accumulée grâce à des positions supérieures à l’époque soviétique et a sauvé notre pays du danger d’un effondrement complet.

Le leader national, HaidarAliyev, est parvenu à un accord de cessez-le-feu avec l’agresseur arménien, qui occupe encore 20% du territoire indigène de l’Azerbaïdjan, et s’est empressé de développer une politique réfléchit qui garantit la construction d’un État démocratique avec pluralisme politique et ses institutions civiles et militaires et la mise en œuvre de réformes modernes, y compris le développement économique et social.

Cette politique s’est accompagnée de la politique étrangère, qui était dirigée par la stratégie énergétique qui a dessiné la région et le monde. Le grand leader, HeydarAliyev, a pu attirer l’attention des principales compagnies pétrolières transfrontalières du monde vers l’Azerbaïdjan, qui ont signé en 1994 avec le gouvernement azerbaïdjanais le « contrat du siècle ».Ce contrat a permis l’afflux d’énormes investissements étrangers et de technologies occidentales avancées dans l’infrastructure pétrolière et a permis un développement économique et social complet sur la base des énormes revenus pétroliers via l’oléoduc qui part de Bakou et atteint le port turc de Ceyhan via la capitale géorgienne, Tbilissi.

Aujourd’hui, Son Excellence Ilham Aliyev, Président de l’Azerbaïdjan,poursuit depuis son accession au pouvoir en 2003, la mise en œuvre de l’approche rationnelle de grand leader, qui continue à porter ses fruits, notamment économiques et sociaux.Depuis, le chômage et la pauvreté sont passés successivement de 50% à 4,9%, et de 44,7% à 5%, plus de 2 millions d’emplois ont été créés, plus de 250 milliards de dollars investis dans l’économie nationale, le développement dans les secteurs non pétroliers est passé de 1,8 milliard de dollarsà 52 milliards de dollars américains en janvier 2020.

L’Azerbaïdjan se classe également au 25ème rang selon le rapport Doing Business 2019 des Nations Unies et est considéré comme l’un des dix pays ayant le plus mis en œuvre des réformes.Selon le rapport sur la compétitivité mondiale publié par le Forum économique mondial, l’Azerbaïdjan se classe parmi les pays de la Communauté d’États indépendants et occupe le trente-cinquième rang mondial.

Il convient de noter que notre économie nationale, malgré les manifestations négatives de la pandémie de Coronavirus, a affiché au cours des quatre premiers mois de 2020 une dynamique positive de l’ordre de 0,2%, avec des prévisions de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement selon lesquelles la croissance du PIB dépassera la barre des 3% en 2021.

 

  1. Comment définissez-vous le rôle de l’Azerbaïdjan dans le paysage mondial en général?

 

Ce n’est un secret pour personne que la République d’Azerbaïdjan est un pays pionnier à tous égards dans la région du Caucase du Sud, de plus, sa politique étrangère, qui a été consacrée par le grand leader HaidarAliyev et que poursuit avec un grand succès, Son Excellence le Président Ilham Aliyev, l’a sorti de la sphère régionale en termes d’importance mondiale, d’une part en tant que pays fournissant la sécurité énergétique européenne par le pétrole et les gazoducs, et d’autre part comme un pont reliant l’est à l’ouest et au sud.

Par ailleurs, l’Azerbaïdjan a remporté les élections qui se sont déroulées dans le cadre d’une chaude compétition pour devenir membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies au cours de la période 2012-2013, où 155 pays ont donné leur vote en faveur de mon pays, ce qui confirme encore une fois la victoire diplomatique pour la politique étrangère poursuivie par Son Excellence Le Président  Ilham Aliyev.

En outre, il convient de rappeler qu’en 2019, l’Azerbaïdjan a assumé la présidence du Conseil Turcique et du Mouvement des Pays Non Alignés, le sommet extraordinaire du Conseil Tursique ayant été convoqué le 10 avril 2020, puis le sommet du Groupe de Contact du Mouvement des Pays Non Alignés le 4 mai. Il est à noter que les deux sommets, qui ont été tenus grâce à la technologie de communication visuelle, et suite à la gracieuse initiative de Son Excellence le Président  Ilham Aliyev.

Pour ce qui est de la diplomatie humaine, culturelle et sportive, je dois vous informer du rôle crucial joué par Mme. Mehrban Aliyeva, premier vice-président de la République d’Azerbaïdjan, dont les énormes efforts pour accueillir les premiers Jeux Européens de l’Azerbaïdjan en 2015 et la quatrième édition des Jeux de Solidarité Islamique de 2017 sous la présidence des comités préparatoires, sans parler de l’efficacité de la Fondation HaidarAliyev, présidée par l’éminent premier vice-président, qui a pris sur elle d’établir une section islamique au Musée des Arts du Louvre, le financement de la restauration de bâtiments d’un caractère historique global comme ceux du Palais Versailles, du complexe du Louvre et du Palais de Berlin, détruits après la Seconde Guerre mondiale, ainsi que la restauration de manuscrits rares dans les archives du Vatican et des cimetières anciens s’y trouvant. La restauration de la « Salle des philosophes » du Musée du Capitole à Rome est considérée comme l’une des réalisations les plus importantes de cette institution dans ce domaine et tout cela, sans parler de la construction ou la réhabilitation d’écoles et la mise en œuvre de projets humanitaires dans des pays du monde tels que la Russie, le Pakistan, l’Égypte, etc…

D’autre part, promouvoir les valeurs de tolérance et de paix est un objectif de l’Institution, intérieurement et extérieurement, reflétant la diversité religieuse de l’Azerbaïdjan, où toutes les religions vivent côte à côte dans la paix et le respect. Mme MehribanAliyeva a organisé de nombreuses activités internationales qui incitent au dialogue interconfessionnel et appellent au dialogue, à la coexistence et à la paix. La Fondation a construit et restauré de nombreuses Mosquées et églises catholiques et orthodoxes dans le cadre de son initiative (Azerbaïdjan .. Terre de tolérance).

En substance, l’Azerbaïdjan, nonobstant la taille de sa zone géographique, a prouvé au monde qu’il méritait confiance et qu’on pouvait compter sur lui pour formuler l’agenda de la politique mondiale et de la politique humanitaire mondiale et était capable de prendre et de réaliser des pas majeurs.

 

  1. Où se reflètent les caractéristiques de la modernisation de l’État qui se manifeste aujourd’hui comme le produit d’une stratégie très travaillée par Son Excellence Ilham Aliyev, Président de la République d’Azerbaïdjan?

 

Nous savons très bien quel sort de toute la République d’Azerbaïdjan aurait été si le choix sage du peuple n’avait pas porté sur le leader national HadirAliyev dans les premières années de l’indépendance. Nous étions au bord de la guerre civile et les tribulations que j’ai mentionnées plus tôt sont inexorables.Cependant, l’approche de développement adoptée aujourd’hui par Son Excellence Ilham Aliyev, Président de la République d’Azerbaïdjan depuis 2003, a apporté à mon pays les énormes investissements étrangers que les dirigeants ont utilisés au profit du citoyen et du pays, ce qui a conduit à la transformation de la capitale Bakou en l’une des plus belles capitales européennes et internationales,sous une forme moderne et sans précédent.

Sous le règne de Son Excellence le Président Ilham Aliyev, Bakou a connu un saut qualitatif en termes d’émergence de bâtiments, de monuments, d’hôtels et de parcs modernes, qui ont certainement joué un rôle important dans la réputation mondiale du pays et attiré un grand nombre de touristes, qui en 2019 étaient de l’ordre de 3,2 millions.

Toutes ces réalisations ont été également possibles grâce à l’intense attention de Mme MehrjanAliyeva, première vice-présidente de la République d’Azerbaïdjan, qui fait de son mieux pour hausser la réputation de l’État dans le monde entier.

Il convient de mentionner ici les événements humanitaires, culturels et sportifs internationaux organisés à l’initiative de l’éminente Première Dame / Députée, qui offre aux invités un espace pour se familiariser avec les nouvelles vues, l’univers et les bâtiments modernes, par exemple, le Centre HaidarAliyev, qui est un chef-d’œuvre architectural moderne conçu par l’architecte bien connu Zaha Hadid, qui a été ouvert en 2012.

 

  1. Le Maroc et l’Azerbaïdjan ont signé un certain nombre d’accords bilatéraux concernant la coopération dans le domaine de la sécurité, la lutte contre la criminalité et les chemins de fer et la prévention de l’évasion fiscale, et les deux pays font preuve de solidarité au niveau international.

 

Nous ne manquerons pas de rappeler ici l’entretien historique qui a eu lieu entre le défunt leader national du peuple azerbaïdjanais HeydarAliyev et Sa Majesté le Roi Hassan II, dans le cadre du septième sommet islamique, tenu à Casablanca, en décembre 1994, est considéré comme l’ouverture d’une nouvelle ère dans les relations azerbaïdjanaises-marocaines.Lors de cette réunion, des échanges de vues ont porté sur les moyens de développer les relations bilatérales et les perspectives de coopération entre les deux pays frères, cette rencontre historique ayant débouché sur une amitié distinguée entre l’Azerbaïdjan et le Maroc, qui se poursuit aujourd’hui à un rythme soutenu par les dirigeants des deux pays, Son Excellence le Président Ilham Aliyev et Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Il convient également de rappeler que, depuis l’établissement des relations diplomatiques entre la République d’Azerbaïdjan et le Royaume du Maroc, ces relations ont permis le renforcement et l’approfondissement de relations amicales et une coopération fructueuse entre les deux pays, en particulier après que les deux pays soient parvenus ces dernières années à accomplir de grandes réalisations dans le domaine du renforcement des relations bilatérales. La coopération continue entre les deux pays amis et frères s’inscrit dans l’implication des gouvernements des deux pays pour donner à cette relation bilatérale maroco-azerbaïdjanaise les dimensions de l’incarnation sur le terrain engendrant plus de convergence et de développement commun  aux peuples des deux pays.

L’Azerbaïdjan, qui apprécie vivement le soutien du Royaume du Maroc à la position de l’Azerbaïdjan sur le règlement du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, se félicite en même temps de l’adhésion du Maroc à un groupe de contact de l’Organisation pour la coopération islamique dans l’agression de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan et de son soutien à la position juste de l’Azerbaïdjan sur la base des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies sur cette question.

 

  1. Quel est le paysage actuel du conflit sur le Karabakh et la qualité de ses manifestations futures ?

 

L’occupation par l’Arménie de 20% du territoire azerbaïdjanais – qui comprend la région montagneuse azerbaïdjanaise du Karabakh et les sept provinces voisines – est la menace la plus grave pour la sécurité du pays.L’occupation de l’Arménie a eu comme effet plus d’un million d’Azerbaïdjanais entre réfugiés, personnes déplacées et personnes déplacées de force,et les territoires occupés ont été soumis à un nettoyage ethnique, des pillages, des vols et des viols physiques et moraux après la destruction par l’Arménie de Mosquées et de monuments culturels et historiques islamiques.

En outre, les quatre résolutions (822, 853, 874 et 884) du Conseil de Sécurité des Nations Unies et des résolutions du Conseil Européen et de l’Organisation de la coopération islamique sont importantes, ainsi qu’une base juridique pour défendre la position juste de l’Azerbaïdjan au niveau international. Les résolutions du Parlement européen et des réunions au sommet de l’OTAN ces derniers temps soutiennent également l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan, et font référence à la nécessité de mettre fin à l’occupation arménienne.

En retour, l’Azerbaïdjan a pris une position claire pour régler le différend, c’est-à-dire que la question doit être résolue dans le cadre de l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan et des frontières internationalement reconnues de notre pays.Cette position se base sur les termes et règles du droit international et de ses principes, la Charte des Nations Unies, l’Acte final de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe d’Helsinki et des nombreux documents internationaux qui ont adopté le règlement pacifique du conflit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button