FIASCO À LA FRMF : LA BATAILLE DU PRÉSIDENT LAKJAA FACE À OCEAN LE DTN : POUR QUI SONNE LE GLAS ? DES MILLIARDS DE DIRHAMS EN JEU

BABA- HIBAPRESS/RABAT

La saison sportive touche à sa fin sans que le Gallois Robert Wayne Ocean, le directeur technique national, nous ait convaincu ou nous ait présenté un bilan qui nous aurait bien satisfait, bien qu’il touche une redevance mensuelle complète et généreuse, dont il n’avait même pas rêvé dans son pays d’origine.

Ocean, dont la mission était de nous garantir une meilleure interprétation d’un nouveau système de revalorisation du football moderne concentré sur les jeunes eu égard que le Maroc ambitionne l’avenir et se devait de bien gérer sa pépinière à n’importe quel prix, juste après les échecs foudroyants collectés par Larguet, a finalement failli à sa mission et nous nous a rien apporté qui puisse nous être utile

En effet, le travail d’Ocean a été accompagné tout au long de la saison de nombreuses controverses et des décisions qui ont suscité beaucoup de critiques, tout aussi bien auprès du président de la FRMF Faouzi Lakjaà, que du coté des présidents de Ligues, qu’à d’autres horizons intéressés par son « projet »

On ne peut ne pas blâmer Ocean qui s’est penché dans ses désignations sur l’avis exclusif de son ami aux antécédents judiciaires qui exerce au Qatar et qui offre des diplômes contre une somme sonnante et trébuchante, dont les bénéficiaires pourraient par la suite être diligentés vers le Gallois qui sait les traiter à bon escient. Ocean a, d’autre part, dépassé les présidents de Ligues puisqu’il les a totalement ignoré dans ses consultations tout aussi bien dans ses désignations. Ocean n’a jamais eu l’aval de la FRMF pour ses désignations ou ses programmes, du moment que notre Instance sportive n’a nullement été au courant des agissements du gallois qui ne lui a, à aucun moment, adressé la moindre formulation pour la mettre au courant de ses faits, ce qui a mis en colère le président Lakjaa, qui n’a pas été aussi avisé des choix de critères élaborés par le DTN Ocean, ce qui ressemble à du dépassement vis-à-vis de son employeur. Ocean ne s’était pas arrêté là, il a mis le feu à la poudrière en nommant des entraîneurs étrangers pour les équipes nationales de catégories qui bénéficiaient d’un traitement préférentiel, dont le portugais Joao Aroso, malgré sa modeste histoire sportive.

Ocean a, par la suite, continué à échouer dans ses formations, sachant pertinemment qu’il n’avait rien à ajouter pour notre football, dont il n’a rien pigé de sa manière du comment être traité

Car sa première session de formation a, déjà,  révélé sa vision courte de la philosophie du football marocain, et s’est laissé tomber de sa tour aux yeux des cadres marocains qui, auparavant, comptaient beaucoup sur lui pour affiner leur talent et élever le niveau de leurs connaissances, avant qu’ils ne soient surpris par le faible contenu de “Sa philosophie de développement du football marocain.”

Ocean, qui voulait appliquer une certaine élaboration du système gallois sur le Marocain est tout simplement tombé bas dans ses intentions qui s’avérèrent limitées dans le temps et dans l’espace

Aussi, il semble que M. Faouzi Lakjaà a été dupé à un quelconque niveau de ses proches qui ne lui ont pas indiqué la bonne direction mais aussi, à son entêtement à vouloir toujours compter sur l’ »importer » pour espérer se faire un grand nom du football Marocain, en vain !

Le Maroc a ses caractéristiques et seuls ses propres cadres issues du terroir qui peuvent lui apporter les solutions plausibles, on n’a qu’a voir du coté de Ouaddou, Regragui, Zaki, Taoussi, Fethi, Sellami, Sektioui…

Ocean et son équipe ont coûté beaucoup d’argent à la FRMF, sans que cela se reflète sur les rendements du football national et de ses cadres, étant donné que le Maroc a ses propres caractéristiques, qui sont différentes de celles de la Gaule, et son affiliation spécifique au football africain a approfondit davantage la différence.

Ocean fut un fiasco de plus pour Lakjaà qui n’en avait pas besoin en pareilles circonstances. Maintenant, comment allait-on se débarrasser d’Ocean, qui dispose d’un contrat fixe et qui va nécessiter un énorme budget pour qu’il résilie son attachement avec la FRMF ?

Encore un de plus !!!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer