Vague écologiste aux municipales en France, revers pour le parti présidentiel

Hibapress / AFP

Les élections municipales en France ont été marquées dimanche par une vague écologiste dans plusieurs grandes villes, où le parti présidentiel a enregistré de nombreuses défaites malgré le succès du premier ministre Édouard Philippe.

L’abstention a atteint un niveau historique: près de 60 % des électeurs ont boudé ce deuxième tour organisé plus de trois mois et demi après le premier, coronavirus oblige.

Très vite après les premiers résultats, le président Emmanuel Macron s’est dit préoccupé par le faible taux de participation.

Un constat partagé par l’opposition et notamment Jean-Luc Mélenchon (gauche radicale), qui a qualifié cette élection de grève civique, ou par la finaliste de la présidentielle de 2017, Marine Le Pen.

Les écologistes s’imposent dans ce scrutin comme la principale force de gauche en France, signe d’une recomposition politique qui s’opère dans de nombreux pays d’Europe, où les partis écologistes, portés par l’urgence de la question climatique, enregistrent des poussées.

Des ministres verts sont en poste en Suède, en Finlande, en Autriche et les verts sont en pleine ascension en Allemagne.

Cette recomposition de la gauche derrière les écologistes intervient alors que le parti d’Emmanuel Macron, qui a bâti sa victoire au centre, est perçu par une partie de l’opinion comme menant une politique proche de la droite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer