FRANCE : UN INDIVIDU AVAIT TUÉ À COUPS DE FUSIL SON GRIFFON À MOUGINS ET L’AVAIT JETÉ DANS UNE BENNE À ORDURES. LES CITOYENS EXIGENT DES PEINES PLUS SÉVÈRES ET NON DES SURSIS ET DES AMENDES. DÉBAT! 

HIBAPRESS- RABAT

Plusieurs amis des animaux en France et surtout les habitants de Mougins avaient été choqués et scandalisés et appellent à l’application stricte de l’article 521-1 du code pénal concernant l’individu ayant assassiné son chien à coups de fusil le 27 juin 2020 à Mougins et l’ayant ensuite jeté dans une benne d’un local à ordures

Ce dernier était très conscient de son acte puisqu’il a pris la fuite immédiatement après  afin de ne pas être retrouvé.

Les crimes contre les animaux de compagnie deviennent hélas hebdomadaires en France car la loi est très peu ou mal appliquée, c’est pourquoi les gens, qui se sont battus depuis cinq ans déjà pour vouloir espérer que la loi se fasse appliquer comme il se doit, exigent aujourd’hui encore pour qu’il n’y aura plus de sursis ni d’amende cette fois mais de la prison ferme.
Les citoyens estiment que tous ces actes sont bel et bien des crimes : « cessons de jouer avec le terme «  atteinte à l’intégrité des animaux » pour atténuer les peines … »

La peine loyale 2 ans de prison ferme, amende et bien entendu confiscation de ses armes que l’on suppose armes de chasse, tout cela reste insuffisant pour les défenseurs des animaux qui demandent davatage d’application plus stricte et ferme sur ces actes qu’ils jugent crimes et non actes d’adolescence, donc plus graves et cruels et méritent plus de fermeté et plus de peines de prisons ! Débat !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer