CECI N’ARRIVE QU’EN ALGÉRIE : À L’INSTAR DE « MAROC VERT », LE RÊVE DU « BARRAGE VERT »ALGÉRIEN. L’ABSTRAIT DE TEBBOUNE

BABA- HIBAPRESS-RABAT

L’Algérie qui n’a pas encore fini de manger son pain noir avec la pandémie coronavirus qui vient de la mettre encore une fois de plus dans une situation lamentable, devrait davantage se battre contre la désertification qui se propage vers ses encadrements urbains et dont elle ne possède point encore les moyens possibles pour l’arrêter ou minimiser ses conséquences

Toujours est-il et prenant exemple sur le Maroc qui a su bloquer le mal à ses racines en déployant le Plan Maroc Vert qui a pleinement sauvé son agriculture la rendant plus mondialiste, l’Algérie entend donc faire de même mais juste dans le cadre de limiter la désertification et non pas encore définir l’aspect agriculture, qui est encore loin pour ses possibilités, en projetant un Texte présenté par le ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, qui entre dans le cadre de la relance et la réhabilitation du Barrage vert, avec la mise en place d’un dispositif permanent chargé de la préparation, la concrétisation et du suivi permanent de cette opération

On continue alors comme par le passé du temps de Bouteflika, avec Tebboune, à agir de la même sorte en « projetant » en comptant sur des « maquettes » et pensant bien loin de tout ce qui s’appelle CONCRET

Le ministre a beau parler mais cela reste abstrait tout simplement « un catalyseur dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation du programme d’action national de la lutte contre la désertification et l’atténuation de la sécheresse et la relance du Barrage vert. »

C’est une façon de comprendre que ce Barrage vert va connaitre le même sort que celui des Grands Stades de Football, le plan de réhabilitation de la Kasbah, la réfection de la corniche, l’embellissement des Mosquées de Tlemcen, la Grande Mosquée, l’Autoroute, le tunnel du tramway…etc.

Et on avance sans jamais prendre conscience de l’état d’esprit du peuple « qu’il s’inscrit dans la politique de décloisonnement sectoriel décidé par le gouvernement en vue d’assurer la cohérence nécessaire dans l’élaboration et la gestion des politiques publiques. »

Tebboune est certes excusable du fait qu’il est arrivé président avec l’arrivée de coronavirus mais on ne doit aucunement devoir parler dans le vide si on n’est pas sur de réussir sur le terrain à un moment bien précis…autrement, ce n’est plus que du bla bla pour la consommation « politique »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer