LA CONFRONTATION MAROC-AMNESTY S’INTENSIFIÉ : QUAND EL OTHMANI DEMANDE DES PREUVES SCIENTIFIQUES

HIBAPRESS-RABAT-AGENCES

Encore une fois de plus la confrontation Maroc-Amnesty n’est pas encore arrivée à terme puisque l’Organisation des Droits de l’Homme n’a pas encore répondu comme il se devait aux exigences proposées par El Othmani qui réclame plus de preuves tangibles …scientifiques et non plus de preuves abstraits qui correspondent à du simple « soit disant », ce que n’a pas apprécié du tout le gouvernement Marocain qui est donc sorti pour mieux le faire savoir aux responsables d’Amnesty

C’est ainsi qu’hier Samedi à Rabat Mme Hasna Tribak, Directrice des Etudes Juridiques et de la Coopération internationale au ministère d’Etat Chargé des Droits de l’Homme et des Relations avec le Parlement, vient de rappeler à Amnesty International que les Autorités Marocaines sont « toujours en attente » de sa réponse à la lettre du Chef du Gouvernement Marocain et veulent à jamais les preuves scientifiques probantes qu’elles ont demandées.

Au niveau de la forme, la lettre de la Directrice Régionale ne répond pas à la correspondance du Chef du Gouvernement, a précisé Mme Tribak, relevant que la Directrice régionale « n’en est ni le destinataire, ni le niveau auquel le Chef du Gouvernement s’est adressé ». Elle a tenu à rappeler que le Chef du Gouvernement avait saisi la Secrétaire générale par Intérim de l’Organisation, et non pas sa Directrice du Bureau régional MENA. De même, il s’est adressé au siège à l’Organisation à Londres, et non pas au Bureau régional à Tunis.

Au niveau du fond, a poursuivi Mme Tribak, la lettre se contente de rabâcher les mêmes allégations légères et accusations gratuites contenues dans le rapport, sans apporter de preuves scientifiques ou d’arguments objectifs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer