QUIPROQUOS AUTOURS DU BARRAGE DE LA RENAISSANCE SUR LE NIL ENTRE L’ÉTHIOPIE, LE SOUDAN ET L’ÉGYPTE. POINT MORT MALGRÉ L’ONU ET L’UA

HIBAPRESS- RABAT- AGENCES

Le Ministre soudanais de l’Irrigation et des Ressources Hydrauliques Yasser Abbas a annoncé, avant-hier lundi soir, la fin du round des négociations en cours entre le Soudan, l’Ethiopie et l’Egypte sur le barrage de la Renaissance construit par Addis-Abeba, qui a commencé le 3 juillet sous la supervision de l’Union Africaine (UA) et avec la participation d’observateurs internationaux.

L’Egypte de son coté, par la voix de son ministre des Affaires Etrangères Sameh Shoukry a déclaré que son pays regrettait de ne pas être parvenu à un accord, alors que l’Egypte offrait beaucoup de flexibilité et de compréhension mais que le cycle de négociations s’était à nouveau terminé sans parvenir à un accord.

Entre-temps, l’Egypte a rejeté une proposition de l’Ethiopie de reporter le règlement des différends jusqu’à la signature d’un accord pour l’exploitation du barrage.

Selon des médias, les points controversés concernaient l’opération de remplissage du barrage en période de sécheresse prolongée et de manque de pluie.

Les mêmes sources ont ajouté que le Caire a rejeté la proposition éthiopienne, s’en tenant à sa part d’eau dans le Nil, ce qui signifie 55 milliards et 500 millions de mètres cubes dans le cadre de l’accord de 1959 entre l’Egypte et le Soudan.

Les journaux éthiopiens locaux ont rapporté que le processus de remplissage du réservoir du barrage de la Renaissance avait déjà commencé il y a une semaine.

Le 20 juin, alors que des négociations qui avaient repris se trouvaient au point mort, le Caire avait appelé le Conseil de Sécurité de l’ONU à intervenir. L’Egypte considère ce projet comme une menace « existentielle » et le Soudan a mis en garde contre des « grands risques » pesant selon lui sur la vie de millions de personnes.

L’Ethiopie voit la construction du grand barrage comme essentielle à son développement et à son électrification. La construction du méga-barrage a débuté en 2011.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button