ANNIVERSAIRE : PELÉ, 80 ANS DE PASSION ET DE GÉNIE, EMPREINTE UNIQUE POUR LE ROI DU FOOTBALL MONDIAL

Sur la photo: La Perle Noire Haj Labi Benmbarek et le Roi Pelé lors de sa visite au Maroc

HIBAPRESS-RABAT-FIFA.COM

  • Pelé fête ce 23 octobre 2020 ses 80 ans
  • O Reia laissé une empreinte unique dans le football
  • com lui rend hommage avec des faits marquants, des chiffres et des témoignages

L’histoire d’un nom

Dondinho et Celeste ont baptisé leur fils « Edson » en référence à Thomas Edison, l’un des plus grands inventeurs de l’histoire. Sa famille l’a surnommé « Dico« , mais il a hérité du sobriquet « Pelé » à l’école car il écorchait le nom du gardien de but brésilien Bilé.

Dondinho jouait au football dans les petites divisions. « Encore aujourd’hui, je suis fier que mon père soit le seul joueur que je connaisse à avoir marqué cinq buts de la tête lors d’un même match », a confié Pelé à la FIFA.

La promesse

Scotchés au poste de radio, Dondinho et ses amis sont euphoriques : au Maracanã, le Brésil vient d’ouvrir le score dans le match décisif de la Coupe du Monde de la FIFA 1950™ face à l’Uruguay. La Seleçao peut se contenter d’un nul pour décrocher son premier titre mondial. Alors âgé de neuf ans, Pelé sort rejoindre ses amis pour faire un match. La suite, c’est le Maracanazo, qui voit la Celeste l’emporter 2-1…

« Quand je suis revenu, ça a été un choc », se souvient Pelé. « C’était la première fois que je voyais mon père pleurer. Il était anéanti. Je lui ai promis : ‘Un jour, je gagnerai la Coupe du Monde’. »

Pelé, qui voulait jusque-là devenir pilote aérien, change d’orientation : il sera footballeur.

L’explosion

L’ancien attaquant international brésilien Waldemar de Brito entraîne Bauru, petit club du championnat de l’État de Sao Paulo aujourd’hui disparu, lorsqu’il découvre la pépite. Il emmène Pelé pour un essai à Santos, proclamant que son protégé deviendra « le meilleur joueur du monde ».

En entendant ce qui ressemble alors à une fanfaronnade, l’entraîneur du Peixe, Lula, ne peut s’empêcher de ricaner. Mais quand il voit Pelé à l’œuvre lors de son premier entraînement, il le fait immédiatement débuter en équipe première. Nous sommes en 1956, Pelé a 15 ans et il répond à cette marque de confiance en faisant trembler les filets. Au cours des 18 années suivantes, l’attaquant va aider Santos à conquérir 25 titres majeurs, parmi lesquels deux Copas Libertadores et deux Coupes Intercontinentales.

Sabe o lance genial que aquele craque do momento acabou de fazer? O @Pele já havia feito há muito tempo… Mostra pra eles, Rei! #SemanaPelé #PELÉ79 👑

Créditos: SportsHD pic.twitter.com/EuhlGvzGZR

— Santos Futebol Clube (@SantosFC) October 23, 2019

Un trésor national

L’Inter Milan, la Juventus, Manchester United et le Real Madrid ont tous tenté de recruter Pelé. Mais le Congrès national du Brésil, sous la présidence de Janio Quadros, le déclare « trésor national non exportable » pour l’empêcher de partir à l’étranger.

Au cours d’une seule année calendaire, en l’occurrence 1959, Pelé a accompli l’extraordinaire exploit de marquer 127 buts pour le compte de Santos.

Numéro 10 par hasard

Pelé a sacralisé le numéro 10 dans le monde entier, mais par hasard… La délégation brésilienne avait oublié d’envoyer la répartition des numéros de ses joueurs à la FIFA avant Suède 1958, si bien qu’ils furent affectés de façon aléatoire. Très souvent, le numéro attribué à un joueur n’avait aucun rapport avec son poste. Ainsi, le gardien Gilmar hérita du numéro 3 et le défenseur central Zozimo du 9. Pourtant, Pelé, qui débuta la compétition en tant que remplaçant, tomba sur le 10, dont il fera un numéro mythique dans le football.

25 buts avec le Brésil. C’est le total atteint par Pelé au bout de 20 sélections seulement. Aucun autre joueur dans l’histoire n’a atteint ce total en sélection avant ses 20 ans.

Pelé et Garrincha

Associés sous les couleurs du Brésil, Pelé et Garrincha ont disputé six matches de Coupe du Monde et plusieurs rencontres de Copa América, affronté l’Argentine à de multiples reprises, et défié de grandes puissances du football européen telles que l’Allemagne de l’Ouest, l’Angleterre, l’Espagne, la France, le Portugal et l’Union soviétique. Fait exceptionnel : ils n’ont jamais connu la défaite ensemble.

🔙 #OnThisDay in 1966 Garrincha & @Pele played their 40th & final game together for @CBF_Futebol. Both scored superb free-kicks in a 2-0 #WorldCup win 🇧🇷

🤯 Unbelievably, Brazil went unbeaten in those matches (36 wins, 4 draws). What a mind-blowing double act! 🤩 pic.twitter.com/rzW5ouakkG

— FIFA World Cup (@FIFAWorldCup) July 12, 2020

L’homme qui fait taire les armes

La guerre civile au Nigeria a fait entre un et deux millions de victimes entre 1967 et 1970. Pourtant, un cessez-le-feu de 48 heures a été conjointement déclaré par le gouvernement du Nigeria et les séparatistes de l’État du Biafra en 1969 afin de pouvoir suivre le match entre les Super Eagles nigérians et le Santos de Pelé. Tout au long de cette rencontre soldée par un nul 2-2, O Rei a été applaudi par les supporters locaux, qui lui ont réservé une standing ovation.

Indétrônable

Deux mois et demi à peine avant le coup d’envoi de Mexique 1970, João Saldanha, qui a géré de main de maître l’impeccable campagne qualificative de la Seleçao, décide de ne pas retenir Pelé pour un match amical contre le Chili. Impensable. Quelques heures plus tard, il est limogé.

Une délégation de la Fédération Brésilienne de Football (CBF) débarque sans prévenir à une séance d’entraînement de Botafogo et enjoint Mario Zagallo de monter dans la voiture : il vient d’être nommé sélectionneur national. Pelé persuadera Zagallo ainsi que le médecin de l’équipe, Lidio Toledo, d’emmener Tostão au Mexique, même si celui-ci a été victime d’une blessure à l’œil qui a mis sa carrière en péril. C’est dire la confiance qui unit Pelé et son ancien coéquipier.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button