Lancement à Rabat d’un projet contre la radicalisation en ligne des jeunes

Hibapress

Un projet de lutte contre la radicalisation en ligne des jeunes au Maroc a été lancé, jeudi à Rabat, par la Rabita Mohammadia des Oulémas, avec pour objectifs de lutter contre les discours de haine et sensibiliser les jeunes sur les dangers que peuvent présenter internet et les réseaux sociaux.

L’accord de réalisation de ce projet, financé par le gouvernement du Japon en partenariat avec le Programme des Nations Unis pour le développement, a été signé par l’ambassadeur du Japon au Maroc, Takashi Shinozuka, le Représentant Résident du PNUD au Maroc, M. Edward Christow, et le secrétaire général de la Rabita Mohammadia des Oulémas, Ahmed Abbadi.

« Ce projet vise non seulement à protéger les adolescents et les jeunes des fléaux de l’extrémisme violent, que ce soit sur le terrain ou dans leur dimension numérique, mais aussi à les immuniser et à les prévenir contre le discours de la haine en les accompagnant pour acquérir la compétence d’influencer sur Internet pour inspirer ses homologues » a déclaré M. Abbadi à cette occasion.

Le projet s’inscrit dans le cadre de la durabilité afin d’aider les jeunes à acquérir les outils et les compétences nécessaires pour lutter contre l’extrémisme de toutes sortes, a-il-indiqué, soulignant que le succès de ce projet dépend principalement de la préparation de contenus attractifs et accrocheurs pour les jeunes.

M. Abbadi, a expliqué à cet égard, que la Rabita a lancé plusieurs jeux interactifs sur Internet dans le but de promouvoir la culture de la paix et la modération et le rejet de la violence et de l’extrémisme, et prépare un guide de l’influence virtuelle afin d’aider les jeunes à acquérir les compétences qui les qualifient pour être de bons influenceurs dans le monde Internet.

Le Japon et le PNUD ne seront pas seulement des bailleurs de fonds, mais également des partenaires du projet en bénéficiant de l’expérience du Japon et de ses initiatives innovantes dans le domaine de lutte contre l’extrémisme, ainsi que de l’expérience du PNUD et de ses outils d’évaluation, pour faire de ce projet un succès et une source d’inspiration pour d’autres pays dans ce domaine, a-t-il fait savoir.

S’exprimant à cette occasion, l’ambassadeur du Japon au Maroc a fait part de sa fierté du soutien de son gouvernement à ce projet, le quatrième au Maroc visant la prévention de l’extrémisme violent chez les jeunes, dont trois sont initiés par le PNUD et un par l’UNICEF.

« Nous estimons que ce projet est également une réponse à un souci d’immunisation de la société marocaine contre les menaces cybernétiques qui guettent sa jeunesse » a-t-il fait savoir, ajoutant que « le radicalisme religieux menant à la violence est un phénomène universel ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer