INCROYABLE MAIS VRAI : VOICI CE QU’A LAISSÉ LE polisario DERRIÈRE LUI À GUERGARAT

HIBAPRESS-RABAT- MAP

Le ratissage des FAR terminé à bon escient et de bonne manière à Guergarat, il est donc question de découvrir ce qu’a pu utiliser le polisario dans son entreprise désespérée, et ce qu’il a pu laisser derrière lui

Aussi et après la visite de certains organes de Presse nationaux et internationaux, la surprise fut de taille.

En effet, plusieurs objets et gadgets trouvés sur place suscitent en effet des interrogations légitimes sur la nature de l’expédition des séparatistes, puisqu’ils ont abandonné des boîtes de conserve de thon, de lait, des dattes, des sacs de lentilles, des bouteilles de limonade, des médicaments, des ustensiles, des paquets de cigarettes et des postes TV.

Il y avait aussi des haches, des bâtons en fer, des plaques d’immatriculation algériennes, de la chicha, des produits aphrodisiaques, des tracts de propagande et même des seringues et du sérum.

Un arsenal de guerre qui trahit le caractère civil et spontané de ce camp, car seule une organisation militaire peut acheminer cette grande logistique des camps de Tindouf, à plus d’un millier de km plus loin, et l’installer au beau milieu du désert. La majorité des produits proviennent de l’Algérie.

D’autres produits sont fabriqués en Europe et envoyés aux camps de Tindouf par le Programme Alimentaire Mondial, ce qui pose encore une fois la question légitime sur l’usage et la destination finale de l’aide humanitaire internationale.

Dès le départ, le Maroc avait mis en garde l’ONU et la communauté internationale contre le caractère militaire de cette expédition suicidaire du “polisario”, puisque les hommes et femmes, présents sur place, n’ont pas parcouru de leur propre gré des centaines de km, en plein désert, sans être encadrés par les milices des séparatistes et sans la bénédiction de leur maître, l’Algérie.

Les cartes des champs de mines, trouvées dans les tentes brûlées, attestent de la manière la plus éloquente de l’implication des milices dans l’organisation de cette infiltration dans une zone tampon, au mépris du droit international et en violation des accords de cessez-le-feu.

La logistique mobilisée prouve que la soixantaine d’individus ayant investi les lieux au départ avaient l’intention de rester aussi longtemps que possible et allaient être rejoints ultérieurement par d’autres groupes. L’objectif est d’installer un grand camp à l’image du tristement célèbre Gdeim Izik, près de Laâyoune.

Mais c’était sans compter avec la réaction prompte du Maroc qui a étouffé dans l’œuf le projet pernicieux qui se tramait contre sa sécurité et son intégrité territoriale.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer