Le Royaume-Uni commence à injecter le vaccin Oxford/AstraZeneca

Hibapress

Le Royaume-Uni est devenu lundi le premier pays à injecter à sa population le vaccin anti-Covid-19, développé par le laboratoire suédo-britannique AstraZeneca, en partenariat avec l’Université d’Oxford.

Brian Pinker (82 ans) est le premier Britannique à recevoir à l’hôpital Churchill de l’université d’Oxford, la première injection de ce vaccin « national », s’est félicité le service britannique de santé publique (NHS) dans un communiqué.

« Je suis très heureux de recevoir aujourd’hui ce vaccin contre le Covid et très fier qu’il ait été inventé à Oxford », a déclaré M. Pinker, cité par le communiqué.

Selon le ministère britannique de la Santé, le gouvernement a commandé 100 millions de doses du vaccin d’AstraZeneca-Oxford, dont 520.000 sont prêtes lundi.

En Angleterre, des centaines de nouveaux centres de vaccination doivent ouvrir cette semaine, qui s’ajouteront aux 730 déjà en place.

« Je suis enchanté aujourd’hui de lancer le vaccin d’Oxford, hérité de la science britannique », s’est félicité de son côté le ministre britannique de la Santé, Matt Hancock, notant que ce vaccin « redonnera à tout le monde l’espoir que la fin de cette pandémie est en vue ».

A la différence des vaccins de l’alliance germano américaine Pfizer/BioNTech ou du groupe américain Moderna, qui nécessitent des températures de conservation trop basses (-20°C pour le premier, -70°C pour le second), le vaccin Oxford/Astrazeneca a une simplicité plus grande au niveau du stockage et du transport, dans des conditions de réfrigération normales situées entre 2°C et 8°C, ce qui le rend plus facile à conserver et moins couteux.

Selon le PDG du groupe d’AstraZeneca, Pascal Soriot, le vaccin est capable de combattre le nouveau variant du coronavirus, responsable d’une flambée des contaminations au Royaume-Uni.

« Nous pensons pour l’instant que le vaccin devrait rester efficace » contre cette nouvelle souche, avait déclaré M. Soriot au Sunday Times, assurant que de nouvelles versions étaient préparées en cas de besoin.

Le groupe pharmaceutique suédo-britannique a également confirmé sa capacité de fabriquer quelque trois milliards de doses de ce vaccin à travers le monde en 2021. Il s’agit en effet du premier vaccin dont les résultats d’efficacité ont été validés par la prestigieuse revue scientifique, The Lancet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button