NEZHA BIDOUANE: » LE SÉNÉGAL EST DERRIÈRE TOUTES MES PERFORMANCES MONDIALES »

Nezha Bidouane, double championne du monde du 400 m Haies et détentrice du record d‘Afrique, est acuellement la présidente de la Fédération Royale Marocaine du Sport Pour Tous (FRMSPT). C’est à ce titre qu’elle a participé au 3e Congrès de l’Association des Fédérations de Triathlon des Pays Francophones (FRATRI), qui s’est tenu les 16 et 17 févier à Dakar (Sénégal).
L’Association Internationale des Fédérations d’Athlétisme (IAAF) l’a récemment nommé Ambassadrice pour l’Afrique en Coupe intercontinentale qui aura lieu à Ostrava, en République Tchèque, les 8 et 9 septembre 2018. Entretien avec la double championne du monde du 400 m Haies et détentrice du record d‘Afrique.
*Vous avez été promue ambassadrice pour l’Afrique de la coupe du monde. Comment appréciez-vous cette nomination de l’IAAF ?
+C’est un honneur pour moi de représenter l’Afrique pour la coupe du monde d’athlétisme et c’est aussi un devoir. C’est un honneur aussi pour l’athlétisme africain. En compagnie de trois autres ambassadeurs, le Britannique Colin Jackson (double champion du monde sur 110 m Haies) pour l’Europe, l’Américain Mike Powell (double champion du monde et détenteur du record du monde du Saut en longueur) pour les Amériques, et l’Australienne Jana Pittman (double championne du monde des 400m Haies) pour l’Asie-Océanie , nous allons nous atteler à la promotion de cette compétition quadriennale qui réunit quatre sélections (hommes et dames) représentant les Amériques, l’Afrique, l’Asie-Océanie et l’Europe.
*Comment se porte actuellement l’athlétisme africain ?
+L’athlétisme mondial sans l’Afrique ce n’est pas de l’athlétisme. En 1998 quand je participais à la coupe du monde à Johannesburg, j’étais d’abord championne d’Afrique. En Afrique du sud, j’ai réalisé ma meilleure performance de l’année.
Actuellement l’athlétisme africain se porte bien ; il faut seulement donner les moyens afin que les jeunes espoirs puissent émerger et nous apporter des médailles dans les compétitions internationales.
Mon message pour la jeunesse africaine c’est de participer aux championnats d’Afrique.
*Votre record africain tient toujours ?
+Oui c’est toujours 52’90 que j’ai réalisé en 1999 à Séville aux Championnats du monde. Pour moi c’est une belle performance. Ce record sera un jour battu car les records sont fait pour être battus ou améliorés.
*Vous semblez porter un grand amour pour le Sénégal…
+C’est vrai que le Maroc est mon pays natal, mais quand je suis à Dakar, je me sens comme chez moi. Le Sénégal c’est en quelque sorte mon deuxième pays, mon pays d’adoption. Je dirais que Dakar m’a porté chance. Je me rappelle ma première participation au Sénégal en 1992 au début de ma carrière. C’était l’année Olympique de Barcelone, j’étais ici à Dakar et j’ai participé au 400m Plat. Je me suis classée 2e et après on est parti en Afrique du Sud à Johannesburg. J’ai gagné le 400m/Haies ; c’était une belle course. Et c’était aussi pour ma qualification pour les JO. Dakar m’a porté chance encore parce qu’en 1997, j’ai participé au meeting de Dakar. C’est cette année-là que j’ai gagné mon premier Titre mondial. J’ai aussi reçu ici à Dakar le Trophée de la Fondation Abdou Diouf Sport Vertu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button