COMME AUJOURD’HUI EN 1943, LE MAROC A VÉCU LA CONFÉRENCE D’ANFA QUI VA DESSINER LE NOUVEAU MONDE D’APRÈS LA 2 EME GUERRE MONDIALE 

HIBAPRESS-RABAT-AGENCES

Casablanca, non celle des inondations d’aujourd’hui mais celle qui a vécu l’une des pages glorieuse de l’Histoire de l’Humanité et pour cause, il n’était pas si facile de réunir sur sa terre des gouvernants des plus grandes puissances de leur temps

Casablanca aura donc été le théatre de la plus dure décision qui va changer le Monde avec le président américain Roosevelt, Churchil de Grande Bretagne, De Gaule et Giraud de France

C’est que cette Conférence d’Anfa (14/24 janvier 1943) va inscrire à jamais la ville de Casablanca sur la liste des étapes majeures ayant contribué, de manière significative et pour des décennies, à dessiner le visage du monde de l’après Seconde Guerre mondiale.

Les dix jours que va durer la Conférence d’Anfa, Conférence baptisée du nom de l’Hôtel casablancais ayant abrité les réunions des futurs vainqueurs de la 2 éme Guerre Mondiale, seront décisifs tant pour l’issue du plus grand conflit armé des temps modernes que pour les aspirations du Maroc à recouvrer son indépendance.

En faisant le déplacement à Casablanca, les Alliés (États-Unis, Grande-Bretagne et France) avaient à l’esprit d’élaborer les différents scénarios pour une issue victorieuse de la guerre et de se préparer au nouvel ordre qui régira les rapports de force dans le monde.

Feu SM Mohammed V, alors Sultan Sidi Mohammed Ben Youssef, qui s’était rangé dès le début du côté des Alliés contre le nazisme et le fascisme, va mettre à profit le capital sympathie dont jouissait le Royaume pour obtenir le soutien, notamment des États-Unis, à la décision de négocier avec les forces occidentales la libération du Royaume du joug du colonialisme.

En présence du président américain Franklin Roosevelt, du Premier ministre britannique Winston Churchill et des généraux français Henri Giraud et Charles de Gaulle, la Conférence d’Anfa va déboucher sur des décisions capitales pour la suite de la guerre, à leur tête la reddition sans condition des puissances de l’Axe, la poursuite de l’aide à l’Union soviétique, la reconquête de la Sicile, puis l’Italie, dès la fin des combats en Tunisie.

Au vu de l’extrême importance des résolutions prises à Casablanca, c’est le président Roosevelt qui s’est chargé, lui-même, de les annoncer au peuple américain dans un discours radiodiffusé car cette étape va indéniablement initier le processus de résolution de ce conflit planétaire, qui sera complété par d’autres rencontres au sommet dans d’autres endroits du monde.

Ainsi, la Conférence d’Anfa, qui a eu un impact politique certain sur l’avenir du Maroc et sur ses relations extérieures, contribua également à hâter la fin des années douloureuses de la Seconde Guerre Mondiale.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer