USA : JOE BIDEN, ENFIN INVESTI COMME 46 EME PRÉSIDENT DES ÉTATS-UNIS. A L’IMAGE D’ABRAHAM LINCOLN

HIBAPRESS-RABAT-AGENCES

Les USA vont devoir vivre une nouvelle ère dès hier mercredi avec l’investiture du nouveau président du pays le 46 éme du nombre pour les Etat-Unis

Les USA s’éveilleront donc ce jeudi sur de nouvelles attitudes, de nouvelles habitudes et de nouvelles interprétations bien différentes ce celles vécues du temps de Donald Trump

En effet, le nouveau président Joe Biden entend vouloir faire redorer de nouveau le blason à l’Amérique avec des références qui semblent toucher le fond de ce que à quoi prétendent les américains depuis fort longtemps

Aussi, Joe Biden est ainsi devenu, hier mercredi 20 Janvier 2021, le 46e président des Etats-Unis, à l’endroit même où, deux semaines plus tôt, des extrémistes et des partisans de son prédécesseur Donald Trump, avaient mené une attaque contre le Capitol, siège du Congrès, faisant cinq morts.

Joe Biden, d’entrée comme nouveau président des USA et en introduction de son discours, juste après avoir prêté serment, lançait que l’heure était donc à l’unité : « C’est le jour de l’Amérique, c’est le jour de la Démocratie. Nous célébrons le triomphe, non d’un candidat, mais d’une cause, celle de la Démocratie. La volonté du peuple a été entendue ».

Joe Biden n’a pas laissé passer l’occasion pour invoquer Abraham Lincoln, au moment où celui-ci a signé l’abolition de l’esclavage, le 1er janvier 1863 : « Si mon nom entre un jour dans l’histoire, ce sera pour cela et je le fais avec mon âme entière. » Le nouveau président des Etats-Unis a repris la formule. « Mon âme entière est consacrée à cela : unifier notre nation. Et je demande à chaque Américain de me rejoindre dans cette cause. » Face à une crise sans précédent, il se dit persuadé que « l’unité est le seul moyen d’aller de l’avant ».

Il a répété qu’il serait le « président de tous les Américains » et qu’il se battrait autant pour ceux qui n’ont pas voté pour lui que pour ceux qui l’ont élu, tout en remerciant le vice-président de Donald Trump Mike Pence, garant des institutions pendant la crise. Il a rappelé enfin que l’Amérique était prête à reprendre son rôle sur la scène internationale : « Le monde nous regarde, l’Amérique a été testée, mais nous réparerons nos alliances », a-t-il promis.

Les symboles n’ont pas manqué et Kamala Harris, première femme élue vice-présidente et première représentante des minorités raciales, a prêté serment sur la Bible de Thurgood Marshall, le premier afro-américain nommé à la Cour suprême, et devant la juge Sonia Sotomayor, première hispanique à y siéger.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button