ALGÉRIE: UN ANALYSTE POLITIQUE ESPAGNOL RELÈVE QUE LE PAYS VIT UNE DICHOTOMIE D’UN POUVOIR DE L’ARMÉE ET UN POUVOIR FORMEL DU CHEF DE L’ÉTAT CE QUI A MARQUÉ LA VIE DES ALGÉRIENS DEPUIS L’INDÉPENDANCE

HIBAPRESS-RABAT-AGENCES

Hier lundi, le Journal espagnol « La Provincia » édité aux Iles Canaries, dans un article de Juan José Pérez Piqueras, analyste politique de l’Université Pablo Olavide à Séville, vient de révéler que sur le plan politique et social, l’Algérie jouit d’un régime particulier: Une caractéristique qui identifie ce régime est l’existence d’une dichotomie entre un pouvoir réel détenu par l’armée et ses services de renseignement et le pouvoir formel incarné par le chef de l’État.

L’auteur de l’article fait observer que la lutte entre les deux pouvoirs pour le contrôle de l’État a marqué la vie politique de l’Algérie depuis son indépendance le 5 juillet 1962.

Le régime fait croire à la population que tout changement serait fatal à la stabilité de l’Algérie, une propagande qui peut expliquer l’immobilisme dans ce pays et qui n’est pas sans rappeler le traumatisme né de la guerre de libération nationale et celui suscité par la guerre civile et la décennie noire des années 90.

Pérez Piqueras déplore que malgré le départ d’Abdelaziz Bouteflika et l’élection d’Abdelmajid Tebboune en décembre 2019, la lutte des jeunes algériens qui manifestent pacifiquement pour réclamer un changement de régime se poursuit sans perspective en vue.

Cette situation, ajoute l’auteur, prive le pays de la cohésion interne qui est essentielle à l’exercice d’un mandat solide, mettant l’accent sur « l’insécurité politique et sociale qui prévaut actuellement » dans le pays.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button