La désalinisation au Sahara Marocain: Laàyoune donne l’exemple pour l’Afrique

HIBAPRESS-RABAT- COMMUNIQUÉ

Beaucoup de pays africains souffrent de manque d’eau et manquent aussi de moyens appropriés pour pouvoir s’octroyer cette précieuse matière essentielle pour la vie. Le Maroc, conscient de ce représente l’Eau dans des Régions désertes, avait vite fait de baser ses oeuvres dans ce sens pour que finalement Laàyoune et sa Région ne peuvent plus souffrir le martyre en manque d’eau, par voie de désalinisation, que le Royaume a choisi de gérer avec des moyens énormes et des budgets colossaux

Aussi, pour accompagner la croissance démographique et le développement soutenu de l’industrie et du tourisme, sans oublier un respect des plus strict des exigences écologiques, le Maroc n’a pas tarder à fortement réagir au concret dans ce sens

C’est que l’Office National de l’Electricité et de l’Eau potable (ONEE) a réalisé, en 1995, la première station de dessalement de l’eau de mer à Laâyoune, une installation qui a connu des travaux d’extension en 2005 et en 2021 pour atteindre désormais une capacité de production de 26000 m3/j.

Une nouvelle station, dont la mise en service est prévue au deuxième semestre 2021, aura une capacité de production de 26000 m3/j, qui vont s’ajouter aux 26000 m3/j de la première station et aux 10000 m3/j d’eaux souterraines, soit une capacité de production de 62000 m3/j, ce qui va permettre de satisfaire les besoins en eau potable de 237.000 habitants de la ville de Laâyoune et des centres avoisinants jusqu’à l’horizon 2040 d’un coût global de 370 Millions de Dirhams (MDH).

D’après des données fournies par l’ONEE, la deuxième tranche du projet comprend la construction de la bâche d’eau de mer à travers la réalisation en 2023 d’une prise directe d’eau de mer pour une enveloppe budgétaire de 300 MDH.

Toujours est-il, le Consul général de l’Union des Comores à Laâyoune, Said Omar Said Hassane n’a pas caché son admiration pour l’expérience Marocaine en matière de dessalement de l’eau de mer, notamment dans les Provinces du Sud du Royaume, la qualifiant de « très importante, que l’ouverture d’un Consulat général de son pays dans la capitale du Sahara Marocain était justement la promotion de l’échange de savoir-faire, d’expériences et d’expertises scientifiques et technologiques dans les domaines des Energies et de l’Eau, un vrai catalyseur de la coopération Sud-Sud ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button