CRISE MAROC-ESPAGNE-UE: LA QUASI-TOTALITÉ DES DÉPUTÉS DU PARLEMENT EUROPÉEN N’ONT PAS ADHÉRÉ À LA RÉSOLUTION

HIBAPRESS-RABAT

La résolution du Parlement européen sur la crise du Maroc avec l’Espagne n’a pas pour autant acquiert la totalité absolue très attendue par l’Espagne qui compter ainsi porter le coup au Maroc mais c’était sans connaitre le poids très lourd du Maroc qui pèse sur ses relations fortes et crédibles avec la quasi-totalités des pays européens qui l’estiment  sa juste valeur

Aussi, la résolution controversée du Parlement européen contre le Maroc, l’a plutot divisé puisqu’elle n’a pas recueilli l’adhésion escomptée, ayant été boycottée par plus de la moitié des membres de l’hémicycle qui ont estimé inopportun et irréfléchi d’antagoniser un partenaire aussi important pour l’Union Européenne que le Maroc.

L’eurodéputé tchèque Tomáš Zdechovský a parfaitement fait découvrir la fausse-note du Parlement européen en déclarant: “J’ai eu du mal à soutenir cette résolution et j’ai voté contre. Je ne suis pas sûr qu’elle est à prendre au sérieux car elle est basée sur un fatras de fakenews. Cette résolution est contreproductive pour la relation entre le Maroc et l’Espagne. Le Maroc a depuis longtemps été notre partenaire fiable et sérieux. Pour l’Union européenne, il a été un des meilleurs partenaires en Afrique. Et c’est la raison pour laquelle je n’ai pas voulu soutenir cette résolution”.

L’eurodéputée belge Frédérique Ries a pour sa part exprimé son rejet de cette résolution qui ne sert pas les intérêts de l’Europe: “J’ai voté contre cette résolution qui fait tout, sauf appeler à la désescalade. Le bon sens aurait voulu que le Parlement appelle l’Espagne et le Maroc à renforcer leur coopération. Au lieu de cela, la résolution met au pilori notre partenaire stratégique Marocain et reste muette sur les responsabilités des forces de l’ordre espagnoles dans les violences rapportées par les ONG – et pour lesquelles la justice espagnole a ouvert une enquête”.

Plusieurs autres députés ont jugé qu'”au lieu de chercher la confrontation, il faut chercher comment renforcer la coopération”.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer