Législatives en Algérie : « Pas de changement ou réforme substantielle » en vue

Hibapress

Les élections législatives en Algérie, marquées par un record d’abstention, « ne mèneront à aucun changement ou réforme substantielle », selon le think tank américain « Brookings » pour lequel « le pouvoir militaire ne tolérera jamais une véritable démocratisation ».

« Tous les signes indiquent que les élections du 12 juin en Algérie n’entraîneront aucun changement ou réforme substantielle et seront plutôt exploitées par le régime comme outil pour se donner une certaine forme de légitimité », souligne le prestigieux centre de recherche basé à Washington dans une analyse publiée sur son site internet.

Pour son auteure, Yasmina Abouzouhour du centre Brookings de Doha, « les visées apparentes du régime de se servir du résultat des élections comme un sceau d’approbation, sont néanmoins compliquées par un faible taux de participation », soit le même scénario que les précédents scrutins orchestrés par le régime.

Cette fois, le faible taux s’explique, selon l’analyste, par le vaste mouvement contestataire du Hirak et le rejet des élections par de nombreux partis politiques de gauche comme par le mouvement amazighs.

« Ce sera un problème pour le régime qui vise non seulement à apaiser le mouvement populaire à travers l’élection d’une nouvelle chambre basse du parlement, mais cherche également à donner l’impression d’avoir le soutien du peuple algérien », relève le Brookings qui estime que cette stratégie est « doublement vouée à l’échec ».

En effet, « les acteurs politiques tout comme les citoyens sont conscients que cette élection fait partie de la stratégie de libéralisation illusoire du régime et que le pouvoir militaire ne tolérera jamais une véritable démocratisation”.

Evoquant les scénarios attendus, l’analyste est convaincue que « quels que soient les partis qui arrivent en tête des élections ou le type de coalition formée à la suite de ce scrutin, il y a deux points à retenir: Premièrement, le vrai pouvoir restera entre les mains des militaires. En conséquence, toute future réforme sera très probablement cosmétique, visant à renforcer les pouvoirs du régime tout en apaisant les manifestants ».

« Deuxièmement, le mouvement du Hirak persévérera et la majorité de ses membres restera intransigeante », ajoute la même source, insistant que « les appels au changement de régime ne vont pas disparaître ».

Pour le centre de réflexion américain, « l’impasse actuelle persistera donc, laissant la répression comme principale issue », ce qui prédit un avenir incertain vu la recrudescence de la répression pour briser la contestation populaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button