FESTIVAL DE CANNES 2021: LE MAROC REÇOIT LE PRIX DU CINÉMA POSITIF ET LE PRIX BEST ACHIEVEMENT IN CINEMA

HIBAPRESS-RAAT-AGENCES

Le Maroc à travers son illustre scénariste Nabil Ayouch n’est sorti bredouille du Festival de Cannes 2021, en glanant un précieux Prix qui a fait honneur au Royaume pour tous ses efforts consentis dans ce sens depuis des lustres.

Aujourd’hui donc, le Maroc récolte les fruits de ses efforts et se place bien au sein du gotha du cinéma international

C’est ainsi que le long-métrage “Haut et Fort” du réalisateur et scénariste Nabil Ayouch, qui était en lice pour la Palme d’Or du Festival de Cannes 2021, a reçu le Prix du Cinéma Positif du Festival. Le film a été projeté, jeudi dernier au soir en compétition officielle, au Grand Théâtre Louis Lumière, salle mythique du Palais des Festivals de Cannes.

Nabil Ayouch a également reçu le prix Best Achievement in Cinema, consécration pour l’ensemble de sa carrière, qui lui a été décerné par l’Organisation humanitaire Union-Life International.

Qualifié de “Réjouissant” (France Culture), de “Vibrant” (Screen), de “Puissant” (Marianne), de “fort et sincère”, (VH Mag), ou d’un “West Side Story Marocain” (Jeune Afrique), “Haut et Fort” a largement été plébiscité par les professionnels du cinéma et par les médias présents à Cannes.

Cette sélection est une première dans l’histoire du cinéma Marocain au niveau du prestigieux Festival de Cannes, dont la 74ème édition 2021 s’impose comme l’événement cinéma le plus attendu cette année après la crise sanitaire mondiale.

Le cinéma marocain a déjà participé à des sections parallèles du Festival de Cannes comme “La semaine de la critique”, “Un certain regard” ou “La quinzaine des réalisateurs”.

Réalisé et écrit par Nabil Ayouch en collaboration avec Maryam Touzani, le film est un hommage à la jeunesse marocaine. Il est interprété principalement par Anas Basbousi, ainsi qu’Ismail Adouab, Meriam Nakkach, Nouhaila Arif, Abdou Basbousi, Zineb Boujemaa, Soufiane Bellali, Mehdi Razzouk, Amina Kannan, Samah Barigou, Maha Menan, Marwa Kniniche, Marouane Bennani et Abderahaman Errahmani.

La Palme d’or du festival de Cannes de cette année a été attribuée à la Française Julia Ducournau, pour son long-métrage “Titane”, succédant Là “Parasite” du cinéaste sud-coréen Bong Joon-ho, qui avait remporté le prix en 2019.

Le Grand Prix, deuxième Prix le plus prestigieux à Cannes, est revenu ex-aequo au cinéaste iranien Asghar Farhadi pour “Un héros” et au réalisateur finlandais Juho Kuosmanen pour “Hytti ndo 6” (Compartiment n°6).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer