Le président tunisien démet le chef du gouvernement et suspend les travaux du parlement

Hibapress / France 24

Après une journée de manifestations de Tunisiens exaspérés par leurs dirigeants, dimanche, le président Kaïs Saïed a annoncé dans la soirée qu’il gelait les travaux du Parlement et qu’il démettait de ses fonctions le chef du gouvernement Hichem Mechichi. Le parti islamiste au pouvoir Ennahda a aussitôt condamné un « coup d’État contre la révolution ».

Le président tunisien Kaïs Saïed, engagé depuis des mois dans un bras de fer avec le principal parti parlementaire Ennahda, a gelé dimanche 25 juillet les travaux du Parlement et pris en main le pouvoir exécutif, après une journée de manifestations en pleine crise sanitaire.

Le principal parti au pouvoir en Tunisie, la formation islamiste Ennahda, a réagi aussitôt : « Ce qu’a fait Kaïs Saïed est un coup d’État contre la révolution et contre la Constitution, et les partisans de Ennahda ainsi que le peuple tunisien défendront la révolution », a estimé la formation dans un communiqué publié sur sa page Facebook.

Ce coup de théâtre ébranle la jeune démocratie tunisienne, qui fonctionne depuis l’adoption en 2014 d’une Constitution de compromis selon un système parlementaire mixte, dans lequel le président a comme prérogatives la diplomatie et la sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button