YouTube interdit les comptes qui diffusent de fausses informations sur les vaccins

Hibapress

YouTube, la plus grande plateforme de partage de vidéo sur Internet, a annoncé mercredi l’interdiction de plusieurs comptes très suivis qui diffusent de fausses informations sur les vaccins anti-Covid.

Cette mesure fait partie de l’engagement du réseau social à étendre la mise en œuvre de ses politiques pour limiter la désinformation médicale de plus en plus fertile sur le web.

En vertu des nouvelles règles, le site appartenant à Google supprimera toutes les vidéos affirmant que les vaccins approuvés sont dangereux ou provoquent des effets secondaires chroniques sur la santé.

Les vidéos qui répandent de fausses rumeurs selon lesquelles les vaccins causent l’autisme, le cancer ou l’infertilité seront désormais supprimées.

Selon le quotidien The Hill, les vidéos sur les politiques de vaccination, comme celles qui s’opposent à l’obligation de vaccination, ne vont pas à l’encontre des nouvelles directives.

Dans le cadre de cette nouvelle mesure, plusieurs comptes importants ont été déjà supprimés, ajoute la publication qui cite des comptes d’un « Fonds de défense de la santé des enfants de Robert F. Kennedy », de l’influenceur en médecine alternative Joseph Mercola et de la critique des vaccins et médecin Sherri Tenpenny.

Les comptes ciblés ont été identifiés par des experts comme partiellement responsables du scepticisme vis-à-vis des vaccins qui a ralenti les efforts pour vacciner les Américains contre le Covid-19.

« La mise à jour de la politique d’aujourd’hui est une étape importante pour lutter contre la désinformation sur les vaccins et la santé sur notre plateforme, et nous continuerons à investir de manière générale » dans des politiques qui apportent aux utilisateurs des informations de haute qualité, a indiqué YouTube dans communiqué.

Youtube, tout comme Facebook et Twitter, a interdit la désinformation sur le coronavirus au début de la pandémie. Malgré ces règles, les « fake news » concernant la menace du virus et les vaccins ont continué à se répandre en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer