LE CHILI ET LE MAROC S’ENGAGENT EN FAVEUR DE LA PLANÈTE PAR UNE EXPOSITION COLLECTIVE

HIBAPRESS-RABAT-COMMUNIQUÉ

Le Président de la Chambre des Députés chiliens M. Diego Alfredo Paulsen Kehr , qui s’exprimait en marge de l’inauguration, dans l’enceinte de la Chambre, d’une exposition collective de plusieurs artistes marocains et latino-américains autour de la thématique de l’Environnement, a indiqué que cette initiative revêt un caractère fondamental pour sensibiliser le grand public, à travers l’art, aux défis des Changements Climatiques qui affectent tous les pays sans exclusive.

Le président de la Chambre a remercié par la même occasion l’ambassade du Maroc, initiatrice de cette exposition organisée dans les locaux de l’Institution Législative à Valparaiso (116km au Nord-ouest de Santiago), et qui reflète « l’engagement auxquels les deux pays (Le Maroc et le Chili) ont souscrit pour la défense de la planète et pour la promotion des Energies Renouvelables et du Développement Durable.

Pour sa part, M. Miguel Angel Calisto, membre du groupe d’amitié Chili-Maroc à la Chambre des députés, a indiqué que le Maroc est un partenaire extrêmement important pour le Chili, soulignant « l’appui et la solidarité que le Royaume a toujours témoigné au Chili dans les foras internationaux ».

L’ambassadeur du Maroc à Santiago Mme Kenza El Ghali, a rappelé que les œuvres de cette exposition itinérante, organisée en coordination avec le Centre culturel Mohammed VI pour le dialogue des civilisations au Chili, ont été exposées au Sénat et ont été installées, à partir du 2 octobre, au Centre Mohammed VI à Coquimbo (Nord).

L’exposition installée sous le thème « Fraternité avec l’Écologie, Sauvons la Planète et ses Peuples » réunit 46 œuvres d’une trentaine d’artistes peintres du Maroc, du Chili, du Mexique, de Cuba, de Costa Rica, du Brésil, du Pérou, du Nicaragua et du Panama.

Quatre artistes Marocains font partie de la trentaine de peintres qui « fraternisent » pour sauver la planète. Il s’agit de Aicha Arji, Afif Bennani, Najat El Baz et Hassan Jamil.

Les toiles de différentes tailles, qui naviguent entre l’Expressionnisme, la Nature morte, le Figuratif et l’Impressionnisme, donnent à voir une planète souffrante qui lance des « S.O.S. » à ses habitants avant qu’il ne soit trop tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer