LA MAROCAINE AMINA LANAYA, DIRECTRICE GÉNÉRALE DE L’UCI, PARMI LES FEMMES LES PLUS INFLUENTES DU SPORT MONDIAL

HIBAPRESS-RABAT

Le quotidien belge la DH les Sports vient de souligner que la  Marocaine Amina Lanaya , Directrice Générale de la Fédération Internationale de Cyclisme (UCI), est  considérée comme la n° 2 d’une fédération internationale qu’elle a participé à considérablement féminiser.

« À 40 ans, cette Franco-Marocaine très attachée à sa double nationalité et à ses racines est de celles qui pointent le regard vers les cimes plutôt qu’en direction du lointain horizon des plaines » écrit le journal, qui l’a nominée parmi  les femmes les plus influentes du sport mondial.

Le journal a relevé  que Lanaya est très attachée aux valeurs que peut véhiculer le sport  et a toujours eu un intérêt général pour le sport.

« Je suivais déjà toute jeune le foot, la F1 et les grandes compétitions sportives à la télévision. J’ai également pratiqué l’athlétisme et j’ai été autrefois arbitre de basket-ball, pour payer mon permis de conduire. J’ai aussi fait de la natation ou du tennis, mais je dois bien avouer qu’à mon entrée à l’UCI, je n’avais pas un intérêt pointu pour le vélo même si je connaissais les grands champions de l’époque et que le Tour de France me parlait forcément ».

A son arrivée à l’UCI, cette instance était extrêmement masculine. Les femmes représentent désormais 32 % des membres des différentes commissions de cette instance sportive  internationale.

« Nous sommes dans une tendance sociétale de fond qui amène de plus en plus de femmes vers des postes à responsabilité. Heureusement que les choses changent car je ne vous cache pas avoir vécu autrefois des expériences parfois humiliantes. Nous voulons développer la féminisation de notre sport dans sa pratique mais aussi dans sa gouvernance » explique -t-elle.

Amina Lanaya estime que les femmes employées au sein d’une grande instance  sportive internationale peuvent accomplir d’autres fonctions que celle d’assistante , rappelant que   » Quand je vois, par exemple, Marion Roussse prendre la tête du Tour de France féminin, j’applaudis des deux mains ! J’ai l’ambition de jouer un rôle d’ambassadrice, cela me plairait d’inspirer d’autres femmes à oser postuler à certains niveaux de pouvoir  » .

Et d’ajouter que « Si j’avais écouté ce que beaucoup me glissait à l’oreille autrefois, je ne serais jamais arrivée au poste qui est le mien aujourd’hui car vélo rimait trop souvent avec macho”, avouant que le développement du cyclisme féminin est quelque chose qui lui tient  à cœur.

« Avoir l’un de mes enfants qui pratique le cyclisme m’offre une autre perception du rôle que l’UCI doit avoir auprès de la jeunesse et des fédérations nationales pour tenter de mettre un maximum de petits bouts en selle » conclut -elle.

Connue pour avoir injecté du sang neuf dans le rang des décideurs depuis qu’elle a pris les commandes de l’UCI, Mme Lanaya n’a pas manqué de rappeler que la feuille de route stratégique de l’UCI, l’Agenda 2022, en ligne avec le programme du CIO, tout en insistant sur l’engagement à promouvoir l’implication des femmes dans le cyclisme (sport et gouvernance), l’égalité des chances, la parité sur le lieu de travail, et à lutter contre toutes les formes de discrimination.

Après avoir cumulé une expérience de terrain au sein de cabinets internationaux à Paris et en Lausanne, Mme Lanaya, titulaire d’un master en Droit privé à l’Université de Dijon en France, a rejoint le service juridique de l’UCI en 2006, avant d’être nommée en 2013 au poste de directrice générale adjointe de l’union, puis directrice générale par intérim en 2017.

En janvier 2018, Mme Lanaya est devenue la première femme à occuper le poste de directrice exécutive de l’UCI , le comité international leader dans l’organisation des compétitions de la petite princesse depuis sa création à Paris en 1900.

A rappeler que Sa Majesté le Roi Mohammed VI , que Dieu l’Assiste , a tenu à féliciter Amina Lanaya suite à sa nomination à ce poste important au sein  de l’Union Cycliste Internationale (UCI) ,   » qui est autant une reconnaissance du savoir-faire et de la compétence que vous avez acquis tout au long de votre carrière professionnelle , qu’elle est considérée comme un honneur pour votre pays, et une source de fierté pour la Femme Marocaine ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button