MAUVAISE NOUVELLE POUR LES HOMMES: LE VIAGRA EST EN FAILLITE

Le Laboratoire internationale qui gère la fabrication du plus célèbre médicament de tous les temps, tout particulièrement pour les hommes, étant les plus concernés puisqu’il s’agit de la pilule bleue qui concrétise le rêve des masculins, ceux qui cherchent leur bonheur le plus intense auprès des dames, semble se diriger vers la faillite et ainsi faire tomber dans le désespoir tous les atouts des usagers de cette merveille pilule bleue. C’est que les fonds sensés alimenter la recherche et le développement (R&D) se font rares depuis 2014.

On met le baluchon sur le compte de la politique générale de réductions des coûts. Ces fonds souffrent d’une certaine fonte. La fourchette des dépenses de R&D oscille entre 7,4 et 7,9 milliards de dollars cette année. Ce qui donne l’impression à une baisse de pas moins de 3,4% sur une année, si l’on s’en tient aux prévisions réalisées en février dernier.

Par contre, chez les concurrents de Pfizer que sont Merck et Johnson & Johnson (eux aussi américains), les R&D se mesurent à hauteur de 10,1 milliards (Merck) et à 10,55 milliards de dollars (Johnson & Johnson).Faut-il donc se focaliser sur le traitement à pouvoir d’achat qui peut permettre un relevé , quoi que faible et à taux diminué ou se laisser aller à la débandade et se fixer pour l’approbation d’un seul médicament aux dépens des autres car, un laboratoire doit débourser la rondelette somme de 2,6 milliards de dollars, d’après le Tufts Center for the Study of Drug Developement.

Mais au niveau des ventes, c’est une toute autre histoire. Seuls 19 médicaments ont permis d’obtenir seulement 1 milliard de dollars de revenus par an, et ce, jusqu‘à cinq ans après leur lancement sur le marché ces 20 dernières années. Cette information émane du QuintilesIMS Institute.

Un porte-parole du géant pharmaceutique fait entendre que ‘‘notre portefeuille actuel pourrait accoucher jusqu‘à 15 blockbusters potentiels dans les cinq prochaines années”, ajoutant de même que ‘‘nos dépenses dans la R&D sont très constantes”. Cependant, Pfizer pourra-t-il résister autant aux changements opérés au sein de la diversité des choix à poursuivre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button