QUIPROQUO ALGÉRIEN: QUELLES IMPLICATIONS POUR TEBBOUNE D’AVOIR HONORÉ LES INSTIGATEURS DE ” LA DÉCENNIE NOIRE” KHALED NEZAR, TAOUFIQ ET BEN HADID ?

HIBAPRESS-RABAT- AGENCES

Les deux anciens généraux Khaled Nizar et le général Mohamed Mediene, dit Tawfiq, sont revenus sur le devant de la scène en Algérie, après avoir été honorés par le président algérien Abdelmadjid Tebboune, un hommage qui indique la renaissance d’un “État profond” que le mouvement algérien a tenté de rompre avec.

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a honoré, avant hier jeudi, l’ancien président et ministre de la Défense nationale Liamine Zeroual, l’ancien ministre de la Défense nationale Khaled Nizar, le chef du Département de la sécurité et de l’information Mohamed Mediene, dit « général Tawfiq », et des généraux de division Mohamed Bechin et Hussein Ben Hadid, visages rejetés par la rue algérienne et ravivés par le régime en place.

Il est à noter dans le palmarès qu’il comportait l’ancien directeur du renseignement, Mohamed Mediene, dit Tawfiq, démis de ses fonctions en 2015 après près de 20 ans à ce poste sensible, et dont le nom est réapparu au début du mouvement populaire en 2019, alors que feu le chef d’état-major des armées le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah l’accusait d’avoir organisé des rencontres avec le frère du défunt président Aziz Bouteflika et son conseiller Saïd Bouteflika, pour trouver une solution anticonstitutionnelle à la crise algérienne.

Cela s’est traduit par l’arrestation de Mohamed Mediene et sa détention à la prison militaire, avant qu’il ne soit par la suite acquitté et son dossier clos au début de l’année 2020.

Khaled Nizar, l’ancien ministre de la Défense, décrit comme le parrain de la décennie noire du début des années 1990, qui a également affronté feu Gaid Salah pendant la période du mouvement populaire, a également été honoré. Il avait quitté le pays par crainte d’être arrêté, puis condamné par contumace à une peine de 20 ans. Mais l’ancien homme fort du régime est revenu au pays dans la polémique en décembre 2020, profitant de l’annulation des décisions de justice rendues à son encontre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer